Loi contre l'antisionisme: Où en est-on?

Publié le par ISRAEL MAGAZINE

Il y a quelques semaines, nous vous avons annoncé qu’une pétition était en ligne sur le site www.loi-contre-antisionisme.org afin que le gouvernement français mette en place une loi visant à assimiler l’antisionisme à l’antisémitisme. Voici un communiqué adressé par Meyer Tangi, le porte-parole du Comité à l’initiative de cette pétition.

« En souscrivant à cette pétition, chacun de vous a fait preuve d’une démarche civique forte, et exprimé aux lus de la République son inquiétude face la résurgence de l’antisémitisme sous le couvert de l’antisionisme. Aussi, après dix jours de campagne sur le net, il est capital que chacun d’entre nous redouble d’efforts, tant que la Justice française sera laxiste l’égard de ceux qui expriment des propos antisémites et antisionistes, et que le gouvernement ne s’opposera clairement l’infamie qui souille un pays ami. Le but ne sera atteint que lorsque le Parti Antisioniste sera interdit et que seront condamnés les barbares qui boycottent les produits israéliens. Nous savons que vous ressentez un profond amour pour la vérité et la justice, et une répulsion envers le racisme, les préjugés et la discrimination. Mais nous savons aussi que la Justice française a été trompée et que, comme d'autres, elle a cru que l’on pouvait être antisioniste tout en restant fidèle aux principes d’égalité et de fraternité que nous avons en commun.
J’ai écrit à un grand nombre d’acteurs de la presse écrite et de médias électroniques, et je constate qu’à ce jour, seuls ActuJ, RadioJ, Israël Magazine, Hassidout.org et Migdal se sont mobilisés (ce dont je les remercie). J’ai écrit et téléphoné à un grand nombre de responsables communautaires et leur ai demandé aide et soutien juridique. Mais certains n’ont pas encore jugé utile de donner suite, à l’exception de Monsieur Gilles Taieb, dont je salue l’engagement, alors que la situation des Juifs en France est inquiétante et que la fraternité est déterminante. Néanmoins, alors que des élus de la République s’apprêtent à honorer un assassin [*] - un pas de plus vers le déshonneur - nous ne pourrons nous satisfaire d’une mobilisation partielle et d’un article isolé. Nous demandons à toutes les associations juives, tant religieuses que laïques, qu’elles invitent leurs membres manifester concrètement leur soutien et leur amitié au peuple d’Israël.
Le but, juste et louable, que nous nous sommes fixés réclame une mobilisation à plein temps : il ne sera pas atteint sans appels téléphoniques aux députés, sans rencontres et expos d’arguments nos partenaires, et surtout sans acquisition d’espaces dans la presse nationale et campagne d’affichage, afin d’alerter nos concitoyens du danger qui menace la paix civile en France.
C’est une véritable floraison de signatures que nous souhaitons réunir,
l’image d’une véritable manifestation si celle-ci devait avoir lieu,
la hauteur des inquiétudes et de la déception des Juifs en France et d’Israël.
Comment nous aider, ou plutôt, comment nous entraider ?
1. Transférez ce mail vos proches et/ou aux membres de votre association. Invitez-les souscrire.
2. Soutenez financièrement les campagnes proposées, en fonction de vos possibilités (payement sécurisé par Banque Postale)
3. Allez dans Multimédia et imprimez l’affiche publicitaire.
4. Alertez, par écrit ou par téléphone, les élus et les médias (en termes polis).
5. Téléchargez le logo Martin Luther King et insérez-le sur vos sites respectifs. (Multimédia)
Notre doléance reçoit déjà le soutien moral de députés, de citoyens musulmans, chrétiens, et journalistes, tel Christophe Barbier, directeur de la Rédaction de L'Express. Ces élus et citoyens ont manifesté leurs désarrois et dénoncé ce parti ségrégationniste [Parti Antisioniste]. Au pays des Droits de l'homme et du citoyen, le malaise est palpable, il s’agit désormais de savoir si le peuple juif est exclu de cette constitution que la France brandit avec tant de fierté à la face des nations. Si le peuple juif est voué à la stigmatisation, la calomnie, et livré à la vindicte populaire, comme il l’était, quelques minutes encore avant la Proclamation de l’Etat d‘Israël, quant les Juifs étaient des citoyens de seconde zone des pays censés les accueillir.

Le Porte parole du Comité, Meyer Tangi

Publié dans ANTISEMITISME

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article