TWINS-TOURS – UNE PRIERE SALVATRICE

Publié le par Marc ISSERLES


New York, Twin-Towers, 11 septembre 2011. Près de là se trouve un local utilisé comme synagogue où chaque matin des juifs se réunissent pour la prière avant d’aller à leur travail dans les Tours.

Normalement, ils arrivent à réunir facilement un groupe de 10 personnes nécessaire pour la prière (Minyan). On peut même dire que la pièce étroite déborde souvent de fidèles.

Mais ce matin là du 11 septembre, il y a une pénurie inhabituelle d'hommes disponibles. Peut-être que certains ont décidé de rester prier dans la synagogue de leur quartier pour les prières importantes des Selihot précédant Roch Hachana.

Ou peut être, participent-ils à la prière en mémoire de coreligionnaires tués dans l'accident d'hélicoptère au Grand Canyon un mois plus tôt, le 11 août 2001. Il y’a en effet deux cent personnes travaillant au World Trade Center qui sont en retard au travail ce matin, suite à leur participation à cette prière commémorative...

Mais peu importe la raison, les fidèles ont un problème : il n’y a que neuf hommes présents, tous des hommes d'affaires sérieux devant rejoindre leur bureau au World Trade Center bien avant 9h... Le temps avance ...

"Que devons nous faire ? » se demandent-ils impatiemment, certain en tapotant leur montre
d’autres en arpentant la pièce. "Cela fait longtemps que cette situation n'est pas arrivée ! Mais où est tout le monde ?"

"Je suis sûr qu'un dixième homme ne va pas tarder à arriver" dit quelqu'un d'un ton apaisant, "soyons patient".

Les hommes agités et tendus attendent. Certains sont déjà en retard. Finalement, alors qu’ils se résignent à prier chacun individuellement sans attendre le dixième homme, un vieux monsieur que personne n'a jamais vu, traverse tranquillement le pas de la porte.

"Avez-vous déjà prié" demande- t'il en regardant le groupe. "Non, Monsieur !" une personne s’écrie avec joie. "Nous vous attendions"."Merveilleux" répond le vieil homme. "Je dois réciter le Kaddich à la mémoire de mon père et je souhaite diriger la prière. Je suis si content que vous n'avez pas encore commencé."

Les hommes acceptent et pressés désespérés de commencer, ils lui donnent un livre de prières, espérant au fonds d’eux-mêmes qu'il dirigera la prière très rapidement...

Mais le vieux monsieur fait tout le contraire. Il semble tourner les pages du siddour avec une lenteur particulière. Chacun de ses gestes et mouvements semblent délibérément sans hâte, avec une dévotion qui entraîne un prolongement inattendu et des plus frustrant pour certains.

Pourtant les fidèles, bien que pressés et stressés, sont respectueux et n’interfèrent pas, se contentant de penser aux excuses qu’ils devront donner sitôt arrivés à leur travail ou rendez-vous.

A ce moment crucial, ils entendent une énorme explosion. Un bruit horrible qui ébranlera leur âme pour toujours. Ils courent vers les fenêtres et voient de la fumée, le chaos, les cris, des gens qui courent. C’est l’apocalypse.

Ils réalisent soudain que « Nous aurions certainement été parmi ceux-là si nous avions terminé 10 minutes plus tôt... ». Travaillant tous dans les Twin-Tours, chacun auraient dû s'y trouver avant 9h00. Ils viennent d’être sauvés d'une mort certaine... si ce n'était à cause du vieux monsieur et sa prière ralentie.

Quelques paroles et réflexions sont échangées, et ils se retournent alors pour remercier cette mystérieuse personne qui leur a sauvé la vie. Autant agacés ils étaient il y’a quelques minutes par la lenteur de sa prière, autant ils veulent maintenant l'embrasser avec effusion et lui témoigner leur gratitude, connaître son nom et savoir d'où il vient.
.
Mais ils ne connaîtront jamais les réponses à ces questions. L'homme a disparu, et son identité restera pour toujours un mystère.

Réflexions : Etait-ce le prophète Elie, ou une autre entité céleste ? Et pourquoi pas ? Ce n’est parce qu’on est au 21e siècle qu’ils seraient au chômage ! Il ne faut pas oublier le nombre incroyable de grands et petits miracles que les individus, les groupes ou le Peuple juif vivent au quotidien, à commencer par la protection divine extraordinaire qui se trouve en terre d’Israel. Et les miracles de la guerre de 1948, de 1967, de 1973, de la guerre du Liban et des autres ? L’intervention céleste c’est une réalité, qui dépasse d’ailleurs de loin la fiction...


Si cela vous a plu, merci d’inviter vos amis à participer à ce groupe : http://www.facebook.com/group.php?gid=85967155302


Cette histoire est dédiée à la mémoire de Zvi Segal, fils de Chaim Segal qui est né en Roumanie et à vécu à Mihaileni. Zvi Segal était marié avec Nisla Nussem et était commerçant. Zvi Segal a été déporté à Kopaygorod en Ukraine où il a été assassiné à l’âge de 76 ans. On ne connait pas le sort de sa femme, mais on sait qu’il a eu un fils qui a survécu la Shoa.

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article