Les déclarations de Benyamin Netanyahou sèment le trouble en Israël

Publié le par Roxane Tran Van - GUYSEN

AP 300 netanyahouLe Premier ministre israélien a déclaré qu’il envisageait la poursuite du gel partiel des constructions après la fin du moratoire. Une déclaration qui n’a pas manqué de déclencher une véritable polémique en Israël.

Benyamin Netanyahou a déclaré dimanche qu'Israël ne pouvait pas prolonger le moratoire sur les constructions de nouveaux logements en Judée-Samarie, mais il a laissé entendre qu'il limiterait l'ampleur des futurs chantiers, ont indiqué des responsables israéliens.

Cette déclaration a soulevé la colère des habitants des localités juives. "Nous considérerons le prolongement du moratoire comme une déclaration de guerre", a confié Gershon Mesika, à la tête du Conseil régional de Samarie.

L’exécution d’une telle proposition remet en question les positions du Premier ministre israélien et est à priori contraire à la position de son parti. Le Likoud est en effet contre toute prolongation du moratoire sur les constructions.

Sur le plateau de Guysen TV, Michel Benami, le chef du Likoud de Jérusalem a affirmé qu’il était contre de telles mesures. Selon lui, demander aux israéliens d’arrêter de construire revient à "demander d’arrêter de vivre". Cette demande d’arrêter les constructions n’est donc "pas légitime".

"Il n’y aura pas de concession" a affirmé ce dernier. Cependant, l’annonce faite par le Premier ministre laisse à penser le contraire. La décision de continuer le moratoire sur les constructions est d’ailleurs une décision personnelle que Netanyahou pourra prendre seul.

D'ailleurs, si Benyamin Netanyahou venait à confirmer cette annonce, il se pourrait que le Likoud ne le suive pas. Les habitants des localités juives ont d’ailleurs averti le chef du gouvernement : si le gel des constructions se poursuit, le mandat du Premier ministre, lui, prendra fin.

Une telle situation n’a cependant que peu de chance de se produire. Selon M. Benami, "le Premier ministre  n’ira pas contre le Likoud. Il représente le Likoud, et le Likoud le représente".

Le chef du Likoud de Jérusalem souligne cependant qu’un gel des constructions après le moratoire pourrait être  éventuellement être envisagé après les négociations. Ce dernier ne serait possible que si, et seulement si, Abbas et Netanyahou réussissaient à se mettre d’accord sur les frontières de leurs futurs Etats respectifs.

Alors, Israël acceptera bien sûr d’arreter les constructions sur les territoires amenés à devenir palestiniens a souligné M. Benami. L’Autorité palestinienne devra également reconnaître le caractère juif de l’Etat d’Israël.

Michel Benami ne se voile pas la face, " ce si est un très grand si". A la veille de la rencontre entre le Premier ministre israélien et le chef de l’Autorité palestinienne en Egypte c’est donc un sentiment d’incertitude qui règne au sein de la droite israélienne.

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article