« Faut-il repenser la lutte contre l’antisémitisme ? »

Publié le par Michel GARROTE

etoile.jpgJérusalem, lundi 4 octobre 2010 – 26 Tishri 5771

Dimanche 3 octobre, j’ai lu, sur le wire et sur le net, que le projet de loi, qui établissait le statut des Juifs en 1940, comportait cinq pages dactylographiées, portant la mention « document confidentiel » ; mais que sur l’original du document, découvert tout récemment, l’on peut voir les annotations, apportées au crayon, par le maréchal Philippe Pétain, annotations qui ont durcis le texte initial en élargissant le champ d'exclusion des Juifs.

Sur leparisien.fr, l’information concernant Pétain suscite, entre autres réactions hostiles, les deux réactions de lecteurs que voici : « Pétain, on s'en f… le statut des j… en 39-40, on s'en fiche. On est en 2010 avec une vie quotidienne de plus en plus difficile. Les médias le savent et cherchent par tous les moyens y compris les moins honorables à détourner l'attention des gens des les vrais problèmes » (ndmg j’ai corrigé les fautes sans quoi la réaction de ce lecteur resterait illisible). Et puis cette autre réaction : « On apprendra sans doute très bientôt que ce document est un faux, opportunément instrumentalisé ». je ne suis pas retourné quinze ou vingt fois sur leparisien.fr, mais j’y ai tout de même lu d’autres réactions similaires aux deux réactions reproduites ci-dessus.

Encore dimanche 3 octobre, j’ai lu, sur le wire et sur le net, qu’une cérémonie de commémoration, du trentième anniversaire de l'attentat antisémite de la rue Copernic, à Paris, a eu lieu, dimanche 3 octobre, en fin d'après midi, en présence du Premier ministre François Fillon et du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux. A l’époque de l’attentat, le gouvernement et les médias avaient privilégié la piste d’extrême-droite. On découvrit par la suite qu’en réalité cette piste n’était pas la bonne et que la piste était en fait palestino-arabo-musulmane.

Lundi 4 octobre au matin, en parcourant le net, j’ai découvert que dans les « Libres Propos d'Adolf Hitler » (Editions Flammarion), nous pouvions dénicher, si nous ne l’avions pas déjà appris auparavant, tout le mal qu'Hitler pensait des catholiques (extraits) :  « Le coup le plus dur qui ait frappé l’humanité, c’est l’avènement du christianisme. Si le monde antique a été si pur, si léger, si serein, c’est parce qu’il a ignoré ces deux fléaux : la vérole et le christianisme. Le christianisme a retardé de mille ans l’épanouissement du monde germanique. Si le danger n’avait pas existé que le péril rouge submergeât l’Europe, je n’eusse pas contrecarré la révolution en Espagne. Le clergé eût été exterminé. L’Église catholique n’a qu’un seul désir, c’est notre effondrementLa principale activité des curés consiste à saper la politique national-socialiste. Attendons la fin de la guerre, et un terme sera mis au Concordat ».

Pour revenir aux réactions hostiles publiées sur leparisien.fr, j’ai en ce qui me concerne, le sentiment qu’en 2010, la majorité des Français se fiche de Pétain, qu’une minorité tente de défendre Pétain et qu’au sein de cette minorité, une petite minorité demeure franchement pétainiste. En terme d’information et de communication, la parution de deux informations de nature similaire au même moment – les annotations apportées au crayon par le maréchal Philippe Pétain et la commémoration du trentième anniversaire de l'attentat antisémite de la rue Copernic – cette parution de deux informations de nature similaire au même moment me semble maladroite.

Elle me semble maladroite car la culture politique et la culture historique des Français en 2010 est limitée, pour ne pas dire quasi nulle. La découverte du texte original avec les annotations de Pétain eut mérité une information à la fois détaillée et pédagogique et non pas une simple news balancée un dimanche où l’on commémorait les attentats de la rue Copernic. A vouloir faire trop vite, on finit par tout mélanger et par n’intéresser personne.

Quant à la commémoration des attentats de la rue Copernic, elle a servi de prétexte aux politiciens pour dénoncer de façon purement théorique l’antisémitisme, sans pour autant rappeler haut et fort qu’en 2010, c’est le monde palestino-arabo-musulman qui véhicule, par oral et part écrit, les thèses antisémites et judéophobes les plus abjectes. Et que c’est le monde palestino-arabo-musulman qui a perpétré ces attentats rue Copernic.

A l’avenir, il serait peut-être judicieux de coordonner les informations de cette nature et d’établir un plan d’action en matière de communication lorsque l’on parle de Pétain et/ou des attentats de la rue Copernic.

Et pour ce qui est des propos d’Hitler sur les catholiques, propos que j’ai cités plus haut, ils ne devraient pas servir à prétendre que les catholiques de l’époque ne pouvaient pas être antisémites vu qu’Hitler était  anti-catholique et cathophobe. Les catholiques et les protestants de l’époque ont majoritairement voté pour Hitler en 1933 dont ils avaient lu ‘Mein Kampf’ en 1924. Les propos d’Hitler sur les catholiques, propos que j’ai cités plus haut, devraient en revanche servir à affirmer que les catholiques d’aujourd’hui n’ont rien à gagner en adhérant aux thèses judéophobes véhiculées par le monde palestino-arabo-musulman. Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur toutes ces questions.

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article