Conférence exceptionnelle de Michel GURFINKIEL ce soir 20h30 à l'ALLIANCE (Paris 9e

Publié le par UMDP JF -

LE  LUNDI 22 Juin 2009 A 20H30

 

à la conférence de  

 

Michel GURFINKIEL

chercheur, historien, journaliste (Valeurs Actuelles, Commentary, The Wall Street journal), président de l’institut européen d’études et de recherches spécialisé dans les questions stratégiques.

 

Sur son dernier livre UN DEVOIR DE MEMOIRE

Editions Alphée, 19 euros

 

Un petit garçon de neuf ans, coiffé à la Jeanne d'Arc, aux yeux profonds, au sourire heureux: cette vieille photo, Michel Gurfinkiel la regarde tous les jours. C'est celle de son frère Charles, né à Montmartre en 1933, "raflé" le 16 juillet 1942 à Paris et assassiné un mois plus tard à Auschwitz.

 

Un " aîné" et pourtant un enfant pour l'éternité. Une présence familière, intime, et en même temps une blessure jamais refermée.

 

Quand le président de la République, Nicolas Sarkozy, propose de confier à des élèves de CM2 la mémoire des onze mille enfants juifs de France assassinés pendant la Shoah, Michel Gurfinkiel est interloqué: quelqu'un, à l'orée du XXIe siècle, "adopterait" donc Charles ? mais qui ? comment ? Et quel sens peut avoir un tel pacte d'enfant à enfant, au-delà des générations, des familles religieuses, ou des "idées", "certaines" ou incertaines, que chacun se fait de la patrie, de la République ou des droits de l'homme ?

 

Il fait part de son émotion, et de ses interrogations, à la radio juive RCJ ou dans un éditorial à Valeurs Actuelles. Les réactions du public, extraordinairement nombreuses, le décident à aller plus loin. Et à esquisser, au-delà de l'histoire de sa famille, une réflexion sur la Shoah, son impact, le "devoir de mémoire", les Justes.

 

En quoi la Shoah est-elle unique ? Peut-on "communiquer" sur l'indicible ? Que faire pour ne pas l'" instrumentaliser ", sinon même le retourner contre les survivants ? Un livre d'une humanité et d'une densité exceptionnelles.

 

 

à l'Alliance israélite 

45 rue La Bruyère 75009  Paris

(Métro: Trinité, Saint-Georges)

 

La conférence est organisée par la loge France-Zadok Kahn du B'NAI B'RITH:

 

 

 

 Michel Gurfinkiel dédicacera son livre à la fin de la conférence.

 Un pot de l’amitié clôturera la soirée

 

Joëlle KORENBEUSSER

Présidente 

 

 

 

 

Des émotions fortes et du suspens, du livre-réalité !

Par       Anne-Catherine Fouillet (Paris)

L'ouvrage traite de l'idée de Nicolas Sarkozy de confier la mémoire des onze mille enfants juifs de France assassinés pendant la Shoah. Pour Charles, le frère aîné de l'auteur, né à Paris en 1933 et assassiné à Auschwitz, neuf ans plus tard, ainsi que pour tous ces petits juifs, j'ai lu le livre en pensant à « leur droit de mémoire ». Le suspens a commencé comme dans un bon roman policier : l'auteur allait-il accepter l'adoption de Charles ? Le droit à la mémoire de ce petit garçon n'était pas aussi simple qu'il y paraissait a priori. Après l'allocution du président de la République, quelque chose d'indéfinissable gênait l'auteur : « ...Certes, Charles ne m'appartient pas exclusivement. Mais s'il appartient à tout le monde, et si chacun le remodèle, le réinvente à son gré, il n'existe plus... ».

Au fil des pages, je n'avais qu'une idée : connaître le sort de Charles. Naturellement, je ne l'ai su qu'avant de le refermer. Pour en arriver à cette conclusion, j'ai effectué au fil des pages ,un voyage dans le Paris de cette époque. Gurfinkiel a les accents de le Clézio. Un petit cahier de photographies ravive les mémoires.

Ce livre, tout en émotions rappelle que la Shoah est encore, pour certains, impossible à regarder en face. Tout est bon, à défaut de la nier, pour la minimiser dans le cadre global de la Seconde guerre Mondiale. C'est tout simplement une erreur. La Shoah est le nerf de cette guerre, l'obsession primordiale d'Hitler. L'extermination des enfants juifs qui seraient devenus des adultes passe chez le Führer avant même l'annihilation du Traité de Versailles et sa soif d'espace vital. Charles a été assassiné à l'âge de neuf ans en camp d'extermination, uniquement parce qu'il était juif et non un « opposant ».

Charles n'a peut-être pas dit son dernier mot. Pour moi, l'histoire de son passé qui ne doit pas être recomposé est source de douleur et de contrition. Son présent et son devenir sont mon plus beau cadeau de Noël. Je le souhaite à tous les lecteurs.

 

Biographie de l'auteur

Historien, écrivain, journaliste (Valeurs Actuelles, Commentary, The Wall Street journal), spécialiste des questions géopolitiques, Michel Gurfinkiel est notamment l'auteur du Roman d'Odessa (2005) et du Roman d'Israël (2008).

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article