Juifs et Catholiques, quel dialogue ?

Publié le par LE MONDE - M.GARROTE

A Rome, ce mois de juin 2009, ZENIT.org (© Innovative Media, Inc.), dans une dépêche intitulée « France : Juifs et Catholiques, quel dialogue à Paris ? », écrit notamment (extraits adaptés et commentés par Michel Garroté) : « L'hebdomadaire de l'Eglise catholique à Paris, Paris Notre-Dame, du 21 mai 2009, propose un dossier sur le dialogue entre Juifs et Catholiques, à Paris, à partir de trois questions : Pourquoi dialoguer ? Est-il important de connaître le Judaïsme ? Concrètement à Paris, comment le dialogue est-il vécu ? Le dossier s'inscrit dans le sillage du voyage de Benoît XVI en Terre Sainte du 8 au 15 mai (Note de Michel Garroté : si je puis me permettre, il eut été préférable que ce dossier s’inscrive, non pas dans le sillage du voyage de Benoît XVI en Israël, mais dans le sillage du dialogue culturel judéochrétien ; car en effet, le dialogue culturel judéochrétien ne se limite pas aux relations, souvent administratives, juridiques et politiques, du Saint-Siège avec l’Etat d’Israël ; et ce dialogue ne doit pas dépendre essentiellement d’un voyage papal qui se voulait un pèlerinage, mais qui devenu - en partie au moins et dans un climat médiatique exécrable - une mission avec prises de positions…).
-
A la suite de Jean-Paul II, écrit l'hebdomadaire Paris Notre-Dame, Benoît XVI a confirmé que l'Eglise était irréversiblement engagée dans le dialogue avec le Judaïsme » (Note de Michel Garroté : si je puis encore me permettre, l'Eglise n’est pas irréversiblement engagée dans le dialogue avec le Judaïsme étant donné que de façon parfois irréversible justement certains ecclésiastiques torpillent le dialogue avec le Judaïsme en tenant sur Israël des propos aussi crétins qu’inadmissibles).
-
L’hebdomadaire Paris Notre-Dame cite un extrait du livre du cardinal Jean-Marie Lustiger, La promesse, paru aux éditions Parole et Silence en 2002 : « Nous sommes parvenus à un moment historique où un vrai dialogue, interrompu il y a presque deux millénaires, peut à nouveau commencer - un dialogue, il est vrai, poursuivi comme à voix basse par d'éminents esprits trop vite oubliés (Note de Michel Garroté : si je puis à nouveau me permettre, cette remarque du cardinal Lustiger est capitale car elle rappelle en filigrane que de saint Jean évangéliste à Jacques Maritain en passant par Saint Bernard de Clairvaux, il y a eu pendant deux milles ans, je cite Lustiger, un dialogue poursuivi comme à voix basse par d'éminents esprits trop vite oubliés). Il ne supprimera certes pas les oppositions ni les différences entre Juifs et Chrétiens (Note de Michel Garroté : si je puis toujours me permettre, cette remarque de Lustiger est fondamentale car elle admet un dialogue culturel fraternel tout en reconnaissant que le dialogue théologique relève de la saine confrontation des idées).
-
L'approfondissement croisé de la Parole de Dieu fera comprendre avec respect ce que l'Esprit donne à chacun de comprendre et de croire. Chrétiens et Juifs se découvriront nécessaires les uns aux autres (Note de Michel Garroté : si je puis continuer de me permettre, nous nous découvrons « nécessaires les uns aux autres » face à l’étatisme, face au socialisme et face à l’islamisme radical ; Lustiger ne l’a pas forcément compris ainsi en 2002 mais nous le saisissons bien ainsi en 2009…) dans une vision plus vive et plus forte de la grandeur du don de Dieu et de la beauté de la destinée de l'homme ».
-
Au sommaire du dossier sur le dialogue entre Juifs et Catholiques, l’hebdomadaire Paris Notre-Dame publie, entre autres : un entretien avec Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris ; le point de vue du père Jean-Claude Bardin, responsable à Paris du Service des Relations avec le Judaïsme ; deux rencontres avec soeur Dominique de La Maisonneuve du SIDIC, qui enseigne l'hébreu à l'Ecole cathédrale ; et le père Patrick Faure, curé de Saint-Eugène et Sainte-Cécile, Responsable de la Section Judaïsme à l'Ecole cathédrale.
-
Le dossier comprend également une section historique sur la présence des Juifs à Paris et les persécutions et expulsions avant la Révolution française. Enfin, des témoignages d'engagements dans le dialogue ; et des témoignages personnels : le rabbin Rivon Krygier, responsable de la communauté Massorti Adath Shalom dans le 15e arrondissement ; Roger D., Juif ; et Claire, paroissienne de Saint-Médard, 5e arrondissement » (fin des extraits, adaptés et commentés par Michel Garroté, de la dépêche
ZENIT.org intitulée France : Juifs et Catholiques, quel dialogue à Paris ?).

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article