TANYA : 9 Sivan 5769

Publié le par ADMOUR

Tanya :

Chaar Hayi'houd Vehaemouna: Chapitre 2
L'erreur des hérétiques en ce qui concerne la Providence divine, les signes et les prodiges de la Torah, est de mettre sur un même plan la création (ou l'œuvre) humaine, qui consiste à créer à partir d'éléments déjà existants, et la création divine, la création du ciel et de la terre, qui se fit à partir de "rien", à partir du néant absolu. La création du ciel et de la terre constitue ainsi un miracle bien plus grand que celui de l'ouverture de la mer Rouge En effet, l'ouverture de la mer Rouge, consista en un "simple" changement de la nature des eaux: les eaux qui avaient jusqu'alors une nature donnée qui existait déjà dans l'œuvre de la création (celle de s'écouler) en acquirent une autre, existant également dans l'œuvre
de la création (celle de se tenir debout, comme le font les pierres qui forment un mur). Cependant, ce "simple" changement de nature, du fait qu'il constituait une "chose nouvelle", nécessita "l'action du Créateur au sein de la création" d'une manière constante,
sans quoi, les eaux n'auraient pu se tenir debout. Il est donc compréhensible que si ce "simple" changement de nature nécessita l'action constante de D.ieu, cela est encore davantage nécessaire en ce qui concerne la création du ciel et de la terre qui est une création qui se fit à partir du néant. La parole de D.ieu, constituée des lettres "supérieures", se dévoile de deux manières différentes:
- dans les dix paroles par lesquelles le monde fut créé. La lumière divine descend alors de niveau en niveau jusqu'à constituer la matérialité de ce monde.
- d'une manière plus élevée: le dévoilement de la parole divine adressée aux prophètes (qui n'a pas subi autant de voiles et de contractions que le précédent niveau de dévoilement).


Rambam :

Mitsva positive N° 209 :
Il s'agit du commandement nous enjoignant de respecter les Maîtres et de nous lever devant eux afin de leur rendre hommage.

Hayom Yom :

Le monde a besoin d'air pur. L'atmosphère peut être purifiée uniquement par les mots de la Torah. Ils sont une protection pour tout, en général et pour chacun, en particulier.
L'ensemble des six Ordres de la Michna doit être appris par coeur et servir à marcher dans la rue. La Michna que l'on récite où que l'on se trouve, quel que soit le lieu, permet d'illuminer le lien entre Israël et D.ieu. Michna est composé des mêmes lettres que Nechama, l'âme.
Il est très difficile de trouver les termes permettant d'exprimer le grand profit, la protection générale et particulière qui peuvent être tirés, avec l'aide de D.ieu, de la récitation systématique de la Michna. Les mots manquent pour décrire le grand plaisir que l'on peut ainsi procurer au Créateur du monde, béni soit-Il.

Un jour - une hala'ha :

Les 39 travaux interdits le Chabbat: battre le blé (7)
Il sera permis de couper un fruit en deux, comme par exemple un pamplemousse, et de le manger à la cuillère à condition de prendre garde à ne pas le presser et de ne pas avoir l'intention d'en extraire le jus au moment où on le mange.
En effet, puisque dans un tel cas le but n'est pas de presser le pamplemousse et que la façon de le presser n'est pas direct, il sera permis d'agir de la sorte.

Délivrance & Machia'h :

«Voici le recensement des familles de la tribu de Kéhath - HaKéati - employées au service du Ohel Moëd - la Tente d'Assignation.»
Dans le livre de Bamidbar, D.ieu demande, plusieurs fois, à Moché de recenser les Béné-Israël. A ces occasions, la Torah adjoint au nom des tribus et des familles du peuple d'Israël un Hé au début du mot et un Youd à la fin. Ainsi dans ce verset la famille de Kéhath devient Hakéhati. Ces deux lettres ajoutées composent le nom de D.ieu: Youd-Hé.
Nos sages affirment que Hachem associa Son Nom aux familles d'Israël afin de leur donner une part d'éternité. Elles sont marquées du sceau Divin et de ce fait Elles sont, un peu, Ses ambassadeurs.
Aussi, lorsqu'il arrive que nous dévions du droit chemin, D-ieu Se souvient que nous sommes porteurs de Son Nom et Il agit avec miséricorde, ainsi qu'il est écrit: «Pour l'honneur de Mon Nom, Je retiens Ma colère... pour ne pas te perdre.»
C'est par le pouvoir de ce Nom qui nous accompagne que nous avons réussi à surmonter toutes les épreuves de l'exil. C'est aussi grâce à cela que D-ieu amènera la Guéoulah et nous délivrera, ainsi qu'il est dit: « Je sanctifierai Mon Grand Nom qui a été outragé parmi les nations... Je serai sanctifié par vous... Je vous retirerai d'entre les nations, Je vous rassemblerai de tous les pays et Je vous ramènerai sur votre terre.»

La Question à un Rav (שאלות ותשובות) :

Question:
Nous faisons attention à ne consommer que des aliments présentants des garantis de Cacherout des plus strictes. Peut-on manger des aliments ayant été cuits dans de la vaisselle qui ne répond pas à nos critères de Cacherout?
Réponse:
Le fait de faire griller sur un grill est permis. Le fait de consommer des aliments chauds ne sera permis que si les ustensiles de cuisine n'ont pas été utilisés depuis 24 heures. Les aliments bouillis ne seront également permis que s'ils ont été bouillis dans des récipients n'ayant pas servis depuis 24 heures. Certains se montrent plus stricts et exigent d'ébouillanter la vaisselle (Hagala). Utiliser un micro-onde sera permis à condition que le micro-onde soit propre.
Réponse donnée par le Rav Barou'h Blizinski (chabad.org.il) - Traduction assurée par la rédaction du Toramel

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article