VISITE PAPALE EN ISRAËL : SUITE A DES PROPOS ANTI-ISRAELIENS D'UN DIGNITAIRE MUSULMAN, BENOIT XVI A QUITTE LA CONFERENCE INTERRELIGIEUSE…

Publié le par ISRAELVALLEY.info-J.SBERRO

mai12

Par Mati Ben-Avraham
Rubrique: Actualité
Publié le 12 mai 2009 à 06:44

L’incident s’est produit lors de la rencontre interreligieuse au Centre Notre-Dame à Jérusalem, réunissant dignitaires juifs, chrétiens et musulmans, dans un esprit d’ouverture et de conciliation . Au terme des discours du Patriarche latin de Jérusalem et du Pape, le Cheikh Tayssir al-Tamimi, chef des tribunaux islamiques palestiniens, s’est emparé du micro pour se lancer dans une violente diatribe anti-israélienne, demandant au Saint-Père de ” faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il cesse son agression contre le peuple palestinien.”

Suite à quoi, Benoit XVI, manifestement choqué, s’est levé et a quitté la salle. “Dans une rencontre dédiée au dialogue, une telle intervention est la négation même de ce qu’un dialogue doit être”, a déclaré le père Federico Lombardi, directeur de l’office de presse du Saint-Siège.

Accueilli par le président de l’Etat Shimon Peres et le Premier ministre Binyamin Netanyahou à son arrivée en fin de matinée à l’aéroport international Ben-Gourion, Benoit XVI, dans son discours a dit son inquiétude devant la recrudescence d’actes antisémites, soulignant que : “Malheureusement, l’antisémitisme continue de relever son visage répugnant dans plusieurs parties du monde. C’est totalement inacceptable”. Le chef spirituel de la chrétienté catholique a, par ailleurs, appelé les responsables israéliens et palestiniens à : “…explorer les voies capables d’aboutir à une solution juste aux difficultés, de sorte que les deux peuples pourront vivre en paix chacun dans sa propre patrie, dans des frontières sûres et reconnues internationalement.”

Dans l’après-midi, le Pape a été reçu par Shimon Peres à la résidence des chefs de l’Etat avant de se rendre à Yad Vashem, le mémorial dédié à la mémoire des six millions de juifs exterminés par les nazis. Après s’être prosterné, dans la crypte du souvenir, devant les noms des camps d’extermination, de concentration, ” Que les noms de ces victimes ne périssent jamais ! Que leur souffrance ne soit jamais niée, discréditée ou oubliée ! Et que toutes les personnes de bonne volonté demeurent attentives à déraciner du cœur de l’homme tout ce qui peut conduire à de telles tragédies ”, a-t-il alors déclaré.

Un propos jugé terne par les Israéliens présents, en majorité des rescapés de ces camps, qui espéraient des paroles plus fortes de la part du Pape et, même, une demande de pardon pour le rôle tenu par le message de l’Eglise au fil des siècles dans le cocktail de haine mis au point par le nazisme. Le président de Yad Vashem, Israël Lau, rescapé du camp de Buchenwald, a résumé ce sentiment en exprimant des réserves sur ce discours, déplorant que le Pape : “… n’ait pas “évoqué expressément les nazis” et parlé de juifs “tués” au lieu “d’assassinés” sans spécifier le nombre de six millions. “

Aujourd’hui, Benoit XVI se rendra au mur des Lamentations et sur l’esplanade des Mosquées. Il célèbrera une messe publique dans la vallée du Cédron.—

Publié dans ISRAEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article