Tanya du jour :20 Iyar 5769 (35ème jour du Omer)

Publié le par ADMOUR HAZAKEN

Tanya :

Likouteï Amarim: chapitre 49
Après avoir expliqué dans les chapitres précédents que, par amour pour son peuple, D.ieu contracta Sa "lumière" afin de permettre l'existence des monde, l'Admour Hazaken explique dans ce chapitre la notion de « contractions » subies par la lumière divine. Il conclura que, de la même façon que par amour pour Son peuple, D.ieu ôta tous les obstacles à la création des mondes, ainsi, un Juif doit par amour pour D.ieu ôter tout obstacle qui le gênerait dans son service divin. Et, de la même façon que D.ieu nous illumine d'une vitalité est une lumière élevée, ainsi un Juif ne peut se contenter d'un service de D.ieu limité mais, doit aller au-delà de toute limite pour son Créateur.

Rambam :

Mitsva négative N° 167 :
Il est interdit au Grand Prêtre (Cohen Gadol) de se trouver sous le même toit qu'un mort, même s'il s'agit d'un proche parent.

Hayom Yom :

On ne peut se prévaloir de qui que ce soit. Il faut faire beaucoup d'efforts. Alors, avec patience et amabilité, on parvient à connaître le succès en tout, avec l'aide de D.ieu. En dénigrant son prochain et en marquant son orgueil on peut, que D.ieu nous en préserve, tout perdre.

Un jour - une hala'ha :

Les 39 travaux de Chabbat: battre le blé (4)
- Il est interdit d'enlever l'écorce verte qui entoure l'écorce dure des noix et des amandes.
- Séparer les petits pois et les haricots de leur gousse est également interdit car cela consiste à décortiquer.

Délivrance & Machia'h :

De la même façon que Dieu est attentif à l'honneur dû à chaque fille juive, ainsi doit-il en être de la part de chacun, comme l'explique l'Admour Hazaken dans son Code de Lois: «l'homme sera toujours attentif à l'honneur dû à sa femme». Plus encore, les Sages ont ordonné: «un homme respectera sa femme plus encore que son propre corps». À plus forte raison, on aidera et on soutiendra sa femme dans tous les domaines liés à la Torah et aux bonnes actions (...) Et, lorsque le comportement de chacun sera de la façon mentionnée précédemment, alors la Torah nous assure que «si l'homme et la femme le mérite, la Présence Divine se trouvera parmi eux», c'est-à-dire, que leur maison deviendra un lieu de résidence pour D.ieu, comme il est dit «Je résiderai parmi eux». Ainsi, on activera et on rapprochera le sujet de «ils me feront un sanctuaire et Je résiderai parmi eux», selon le sens le plus littéral: le troisième Beth Hamikdach, puisset-il être construit rapidement et de nos jours.
(Extrait d'une Si'ha du Rabbi de Loubavitch)

La Question à un Rav (שאלות ותשובות) :

Question:
Est-il exact que l'on ne doit pas repartir d'un cimetière par le chemin qu'on a emprunté pour y aller?
Réponse:

Après une "Levaya" (enterrement) on ne prend pas le même chemin que l'on a pris à l'aller. Cependant, après une simple visite au cimetière, reprendre le même chemin au retour qu'à l'aller ne pose aucun problème.
Source: נטעי גבריאל אבילות חלק א פרק סח סעיף ז
Réponse donnée par le Rav Barou'h Blizinski (chabad.org.il) - Traduction assurée par la rédaction du Toramel

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article