Le pape pour un Etat palestinien, déplore le mur israélien "tragique"

Publié le par AFP

Le pape aurait du intervertir ces discours, celui fait en ISRAEL, le faire en JUDEE SAMARIE et celui-ci le faire en  ISRAEL. De vouloir trop carresser le dos de chacun par des commentaires bienveillants on finit par obtenir l'inverse de ce que l'on cherche et de mettre de l'huile sur le feu, et constater l'echec de ce voyage

 


© 2009 AFP
Le pape Benoît XVI a apporté mercredi son soutien à la création d'un Etat palestinien et déploré le "tragique" mur de séparation érigé par Israël, lors d'une visite à Bethléem au sixième jour de son pèlerinage en Terre sainte.

Le pape Benoît XVI a apporté mercredi son soutien à la création d'un Etat palestinien et déploré le "tragique" mur de séparation érigé par Israël, lors d'une visite à Bethléem au sixième jour de son pèlerinage en Terre sainte.

"Monsieur le Président, le Saint-Siège soutient le droit de votre peuple à une patrie palestinienne souveraine sur la terre de ses ancêtres, sûre et en paix avec ses voisins, à l?intérieur de frontières reconnues au niveau international", a-t-il dit au côté du président palestinien Mahmoud Abbas dans une allocution à son arrivée dans la ville natale de Jésus.

Le gouvernement israélien de droite dirigé par Benjamin Netanyahu refuse la création d'un Etat palestinien.

Le pape et le président Abbas au camp de réfugiés palestiniens d'Aïda le 13 mai 2009
© 2009 AFP (Alberto Pizzoli)
Le pape Benoît XVI a apporté mercredi son soutien à la création d'un Etat palestinien et déploré le "tragique" mur de séparation érigé par Israël, lors d'une visite à Bethléem au sixième jour de son pèlerinage en Terre sainte.

Il a aussi appelé les jeunes palestiniens à résister à la tentation du "terrorisme" dans leur lutte contre l'occupation israélienne. "Ayez le courage de résister à toutes les tentations que vous pourriez ressentir de vous livrer à des actes de violence ou de terrorisme. Au contraire, permettez que ce que vous avez vécu renouvelle votre détermination à construire la paix".

Après la réception officielle, le pape a célébré une messe en présence d'au moins 5.000 fidèles sur la place de la Crèche, devant la Basilique de la Nativité.

S'adressant dans son homélie aux "pèlerins venant de Gaza déchirée par la guerre", dont une centaine étaient présents, il a dit prier pour que le blocus israélien imposé à ce territoire contrôlé par les islamistes du Hamas "soit bientôt levé".

Il a aussi assuré la population de Gaza de sa "profonde compassion" après l'offensive israélienne de décembre/janvier qui a fait plus de 1.400 morts palestiniens.

Les étapes du voyage du Pape au Proche-Orient
© 2009 AFP
Le pape Benoît XVI a apporté mercredi son soutien à la création d'un Etat palestinien lors d'une visite à Bethléem, en Cisjordanie occupée, où il aussi assuré dans son homélie qu'il priait pour la levée du blocus israélien imposé à la bande de Gaza.

Le pape a ensuite visité le camp de réfugiés palestiniens d'Aïda, à l'entrée de Bethléem, où il a jugé "tragique" la construction de la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie.

A l'ombre du mur érigé par Israël en Cisjordanie, Benoît XVI a montré mercredi sa solidarité avec les réfugiés palestiniens du camp d'Aïda. Durée: 0mn32.
© 2009 AFP

"Dans un monde où les frontières sont de plus en plus ouvertes - pour le commerce, pour les voyages, pour le déplacement des personnes, pour les échanges culturels - il est tragique de voir des murs continuer à être construits", a affirmé Benoît XVI.

A Aïda, il parlait dans la cour d'une école dominée par un tronçon en béton haut de huit mètre de la barrière de séparation, qui empiète sur les terres palestiniennes.

Après avoir vu la barrière de près, il a affirmé avant de quitter Bethléem que les murs "peuvent être abattus".

"Il est d?abord nécessaire d?ôter les murs construits autour de nos coeurs, les barrières érigées contre nos voisins" a insisté le pape, qui "attend ardemment de voir se réaliser la paix et la réconciliation dans ces terres tourmentées", a-t-il ajouté.

Quelque 4.600 réfugiés, originaires de 43 villages rasés par les forces israéliennes lors de la création de l'Etat hébreu en 1948, habitent à Aïda.

M. Abbas, qui accompagnait le pape dans le camp, a pour sa part lancé "un message de paix" aux Israéliens, les appelant à "renoncer à l'occupation, à la colonisation, aux arrestations et aux humiliations" infligées aux Palestiniens.

L'arrivée du souverain pontife à Aïda a été marquée par le lâcher de 61 ballons noirs pour rappeler la Nakba, la "catastrophe" que fut pour les Palestiniens la création d'Israël sur les trois quarts de la Palestine historique.

Quelque 760.000 Palestiniens ont été poussés à l'exode après la création de l'Etat d'Israël. Ils sont aujourd'hui avec leurs descendants près de cinq millions et réclament le "droit au retour", qu'Israël refuse.

"C'était une excellente visite au cours de laquelle le pape à apporté un soutien politique à la cause palestinienne et à un règlement basé sur deux Etats permettant la création d'un Etat palestinien indépendant", a déclaré M. Abbas à l'AFP après avoir salué le pape à son départ.

Benoît XVI doit poursuivre son pèlerinage en Terre Sainte jeudi à Nazareth, en Galilée, où il célébrera une messe et s'entretiendra avec M. Netanyahu.

Publié dans ACTUALITE

Commenter cet article