Des croix gammées tracées au Mémorial de la déportation à Drancy

Publié le par AFP

 

 


© 2009 AFP (Jack Guez)
Des croix gammées tracées à la peinture noire ont été découvertes samedi matin sur le wagon et la stèle du Mémorial de la déportation à Drancy (Seine-Saint-Denis), lieu emblématique de la mémoire des déportés juifs de France, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

Des croix gammées tracées à la peinture noire ont été découvertes samedi matin sur le wagon et la stèle du Mémorial de la déportation à Drancy (Seine-Saint-Denis), lieu emblématique de la mémoire des déportés juifs de France, a-t-on appris auprès du ministère de l'Intérieur.

"Une croix gammée haute de 1,50 m a été peinte sur le wagon, une autre de 1 m de haut a été tracée sur la stèle, et une troisième a été tracée sur le mur d'un commerce à 500 m de là", a indiqué un porte-parole du ministère à l'AFP.

La police a précisé ensuite que deux inscriptions avaient été retrouvées sur la stèle et une sur le wagon, ainsi que deux autres sur un restaurant et une boulangerie, situés à proximité, sans liens avec la communauté juive.

Sur les vidéos des caméras de surveillance du site, on voit un homme en train de tracer ces inscriptions, selon la préfecture. La police visionnait samedi l'ensemble des images.

La mairie de Drancy a précisé à l'AFP que les inscriptions avaient été effacées.

Le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde (NC), qui a également fait état d'une croix gammée tracée sur le wagon et deux sur la stèle, a indiqué que les inscriptions avaient été réalisées entre 01H20 et 02H00 du matin par une personne d'une vingtaine d'années de type européen, selon les images enregistrées par les cameras de vidéosurveillance.

M. Lagarde, qui s'est dit "indigné", a fait part de son intention de porter plainte. Il a ajouté que ce n'était "malheureusement pas la première fois" que ce type d'acte se déroulait à Drancy, mais qu'il s'agissait jusqu'à présent "plus d'actes isolés que d'actes politiques".

Dans un communiqué, la ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, "condamne avec la plus grande fermeté les inscriptions antisémites faites à Drancy sur le wagon et la stèle du Mémorial, lieux emblématiques de la mémoire de la déportation et de l'extermination des juifs de France, et assure que tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier les responsables de ces actes inqualifiables et les traduire en justice".

Entre août 1941 et août 1944, le camp de Drancy a été le principal lieu d'internement et de départ des déportés juifs de France vers les camps d'extermination nazis, pour la majorité des convois vers Auschwitz-Birkenau.

Publié dans ANTISEMITISME

Commenter cet article