Israël: le gouvernement Netanyahu doit être investi par la Knesset

Publié le par AFP


© 2009 AFP (Menahem Kahana)
Benjamin Netanyahu, le chef de la droite israélienne victorieuse aux élections législatives du 10 février, présente mardi son gouvernement qui doit être approuvé par le Parlement.

Benjamin Netanyahu, le chef de la droite israélienne victorieuse aux élections législatives du 10 février, présente mardi son gouvernement qui doit être approuvé par le Parlement.

Le débat à la Knesset doit commencer à 17h00 locales (14h00 GMT) par un discours de M. Netanyahu, suivi des interventions des représentants des différents partis, avant le vote et la prestation de serment dans la soirée.

Disposant de l'appui de quelque 70 députés sur 120, le leader du parti Likoud est assuré d'obtenir la majorité requise pour former le 32e gouvernement de l'histoire d'Israël.

M. Netanyahu, qui a déjà occupé ce poste entre 1996 et 1999, a élargi sa coalition fortement marquée à droite en obtenant le ralliement du parti travailliste (gauche, 13 députés). Outre le Likoud (27 sièges), elle comprendra aussi Israël Beiteinou (extrême droite nationaliste, 15 députés), le Shass (orthodoxe sépharade, 11), le Foyer Juif (colons, 3). Les cinq élus de la Liste unifiée du judaïsme de la Torah (ultra-orthodoxe ashkénaze) devraient également le rejoindre.

Le gouvernement de M. Netanyahu devrait compter une trentaine de ministres et une demi-douzaine de vice-ministres.

Le ministère des Affaires étrangères a été promis à Avigdor Lieberman, chef d'Israël Beiteinou, la Défense au ministre sortant et N.1 travailliste, Ehud Barak, et l'Intérieur au chef du Shass, Eli Yishaï.

M. Netanyahu, 59 ans, s'est efforcé de rassurer l'opinion internationale qui craint que son gouvernement ne donne le coup de grâce à un processus de paix déjà mal en point. Il affirme vouloir mener avec l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas des négociations en vue d'une "paix économique", mais récuse la création d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël et le gel de la colonisation juive en Cisjordanie.

Lors d'un débat parlementaire lundi, le Premier ministre sortant, Ehud Olmert, a appelé M. Netanyahu à accepter le principe de "deux Etats pour deux peuples", et la création d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël.

L'Union européenne a pressé vendredi M. Netanyahu d'accepter cette idée, faute de quoi l'UE a menacé d'en "tirer les conséquences". Le président américain Barack Obama a lui aussi estimé que le statu quo dans le conflit israélo-palestinien était "intenable", jugeant "crucial" que l'on progresse "vers une solution à deux Etats".

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article