PESSAH 5769 AU BETH HABAD DE SARCELLES

Publié le par BETH LOUBAVITCH - M. ASSOULINE

http://9c.webmail.aol.com/41921/neuf/fr-fr/mail/get-attachment.aspx?uid=1230002127.379&folder=Inbox&partId=6&saveAs=225.jpg

L'Edito de Haim Nisenbaum : "Le joli mois de Nissan" PDF Imprimer E-mail
Magazine - Editorial
Écrit par www.hassidout.org   
Dimanche, 22 Mars 2009 13:23

Est-ce le soleil qui fait son apparition ? Le premier retour des beaux jours ? La nature reverdissante ? Peut-être tout cela à la fois, poussé par le grand vent de la liberté. C’est le mois de Nissan. Alors que nous y entrons, à présent, de plain-pied, il faut en ressentir toute cette majesté familière qui fait les grands événements et les célébrations chaleureuses. Nissan ou quand un vent nouveau se lève. Ce n’est en aucun cas un hasard de langue si le nom même qui le désigne s’apparente au mot «miracle» en hébreu. Certes, ce mois-là fut celui, historique, de la sortie d’Egypte et, dans ce sens, de la naissance du peuple juif. L’événement tient, de fait, du prodige. Mais, si les peuples anciens affectionnent les antiques mémoires, le peuple juif ne se perçoit pas seulement comme un rappel constant d’un passé de merveilles. Il se voit, jour après jour, comme un être vivant qui poursuit sa longue route au travers des bonheurs ou des épreuves avec la conscience du but à atteindre et de l’avancée du chemin. Comment pourrait-il en être autrement ? Le but à atteindre n’est-il pas celui assigné par D.ieu lors de la création pour un monde de bien ? Le chemin n’est-il pas celui jalonné par nos Sages et nos Maîtres ? Et, finalement, n’est-ce pas la Délivrance messianique qui doit apparaître à l’horizon, faite des actes quotidiens des hommes ?

Aussi est-ce un joli temps qui revient en Nissan, et pas seulement au sens météorologique. C’est le joli temps des hommes libres qui construisent leur avenir et, de ce fait, l’Histoire. C’est le joli temps de ceux qui portent toujours une vision neuve sur le monde, ceux qui, malgré les millénaires écoulés, portent en eux une espérance irréductible et la volonté de la mettre en œuvre car le bonheur et la liberté sont des choses qui n’existent vraiment que lorsqu’on les partage avec tous. C’est donc bien plus qu’un mois qui commence à présent, c’est une grande aventure qui s’ouvre – grande et noble parce qu’elle est celle de l’homme-créature divine dans ce monde créé par D.ieu.

Il existe des idées aussi vastes que l’univers et qui, du fait de cette nature même, ne parviennent pas à le transformer et encore moins les hommes. Il existe également des idées qui savent aussi s’incarner dans la vie de chaque instant, dans les actions, en apparence modestes, de chacun. Celles du mois de Nissan appartiennent à cette catégorie-ci. C’est un mois de grandeur, qui embrasse le monde entier. Et c’est un mois proche de chacun tant il est vrai que n’est réellement grand que celui qui s’adresse à tous. Au joli mois de Nissan, nous sommes tous invités. Invités pour le bonheur du temps et la liberté de toujours.


Vendredi, 20 Mars 2009 11:10



 Paracha : Vayakel-Pekoudeï (Ex 35 :1 – 38 :20)
Vayakel

Moïse rassemble le peuple et renouvelle le commandement d’observer le Chabbat : « durant six jours le travail sera fait et le septième jour sera saint pour vous, un repos complet pour l’Eternel ». Il transmet alors les instructions divines concernant l’édification du Tabernacle.
Le peuple donne en abondance les matériaux nécessaires . Moïse doit faire proclamer dans le camp qu’on cesse d’apporter des dons.
Une équipe d’artisans au cœur inspiré construit le Tabernacle et fabrique ses ustensiles (comme détaillé dans les précédentes sections hebdomadaires, Térouma, Tetsavé et Ki Tissa ): les tentures attachées par des agrafes d’or, des poutres en bois de chittim recouvertes d’or et leurs socles d’argent, le Paro’het (le Rideau) séparant les deux chambres du Sanctuaire, le Masa’h (le voile) à l’entrée de la Tente ; et l’Arche avec les chérubins, la Table recouverte d’or et sa bordure en or, le Chandelier à sept branches et son huile, l’Autel des encens, l’Huile d’Onction et l’Autel des sacrifices, la cuve et son piédestal faite avec les miroirs de cuivre apportés par les femmes.

Pékoudé

Sur l’ordre de Moïse, le compte de l’or, de l’argent et du cuivre donné par le peuple pour la construction du Tabernacle est établi. Betsalel, Aholiab et leurs assistants façonnent les vêtements sacerdotaux suivant les instructions reçues par Moïse (paracha Tetsavé).
Les éléments qui le composent étant achevés, « Moïse érigea le Tabernacle ».
Il le consacre en lui apposant l’huile d’onction ainsi qu’à ses ustensiles. Aaron et ses fils sont revêtus des habits de la prêtrise et oints.
Alors, « la nuée couvrit la tente d’assignation et la gloire de l’Eternel emplit le Tabernacle ».
 

Publié dans INFO. COMMUNAUTAIRES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article