Le "médecin de la mort" nazi Aribert Heim est mort depuis 1992

Publié le par AFP

2009 AFP
Photo d'Aribert Heim diffusée par la police allemande en 1959
Le "médecin de la mort" Aribert Heim, l'un des criminels nazis les plus recherchés au monde, en cavale depuis un demi-siècle, est mort en 1992 en Egypte où il vivait sous l'identité d'un Egyptien musulman, a révélé la télévision allemande ZDF mercredi soir.

Il est mort le 10 août 1992 au Caire d'un cancer de l'intestin à l'âge de 78 ans, selon la chaîne, citant le fils de l'ancien nazi.

"Il s'est éteint le jour de la fin des jeux Olympiques (de Barcelone), tôt le matin", a déclaré Rüdiger Heim dans cette enquête commune de ZDF et du quotidien américain New York Times.

ZDF affirme avoir retrouvé l'attaché-case de l'ancien nazi "avec plus d'une centaine de documents" qui établissent "sans aucun doute possible" la véritable identité de l'ancien nazi.

Heim est considéré comme l'un des criminels de guerre nazis les plus sadiques. Il avait exercé comme médecin dans les camps de concentration de Sachsenhausen et Buchenwald (Allemagne) et dans celui de Mauthausen (nord de l'Autriche), où il est accusé d'avoir assassiné et torturé des centaines de détenus en leur injectant du poison dans le coeur ou en effectuant des éviscérations sans anesthésie.

Cet ancien membre de la Waffen SS a longtemps été en deuxième position sur la liste des criminels nazis les plus recherchés au monde, après Aloïs Brunner, l'un des principaux artisans de la "solution finale".

Mais Brunner est présumé mort à Damas (Syrie) il y a une dizaine d'années, ce qui a valu à Aribert Heim d'écoper du statut d'ennemi public N.1.

Contacté par l'AFP, le directeur de l'antenne israélienne du Centre Simon Wiesenthal, Ephraïm Zuroff, a dit préférer ne "pas encore apporter de commentaire" dans l'immédiat. "Les informations ont l'air sérieuses mais j'attends confirmation par mes propres sources, et il y a diverses questions qui se posent", a-t-il déclaré.

Selon son fils, Heim s'était installé au Caire dans les années 1970 et s'était converti à l'islam au début des années 1980. Il y a d'abord vécu sous le nom de Ferdinand Heim puis de Tarek Farid Hussein, ajoute ZDF qui dit avoir eu copie de son acte de décès, établi sous ce dernier nom.

Recherché par l'Allemagne, l'Autriche et l'Espagne, Heim était visé par un mandat d'arrêt international. Une prime totale de 315.000 euros était promise pour des informations conduisant à son arrestation.

Au fil des ans, sa trace avait été repérée selon le Centre Wiesenthal en Argentine, en Egypte, où il aurait travaillé comme médecin pour la police égyptienne, mais aussi en Uruguay ou en Espagne.

Selon son fils, qui évoque sur ZDF également des refuges en France et au Maroc, la soeur d'Aribert Heim lui virait de l'argent.

Quelque 180.000 euros auraient été virés d'Allemagne vers l'Espagne entre 2000 et 2003, selon des sources policières.

A l'été 2008, le Centre Simon Wiesenthal avait affirmé avoir repéré l'une de ses filles, Waltraud, dans le sud du Chili. Il avait alors évoqué la possibilité qu'Aribert Heim se cache entre le Chili et l'Argentine.

Né le 28 juin 1914 en Autriche à Bad Radkersburg, dans la province de Styrie (sud-est), Aribert Heim avait adhéré au parti nazi NSDAP avant même l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne en 1938. Il avait rejoint les SS en 1940.

A la fin de la guerre, les Américains l'avaient détenu deux ans et demi sans jugement. Son nom avait refait surface en 1962 mais il avait disparu avant que la police allemande ne l'arrête.

Dans un livre en 2007, un colonel israélien Danny Baz avait affirmé qu'Aribert Heim avait été exécuté en 1982 par une organisation clandestine, "La Chouette".

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article