Les laïques ne manifestent pas avec des fanatiques religieux

Publié le par RIPOSTE LAIQUE - M.LEVY

"Il ne faut pas importer le conflit israélo-palestinien en France", clament à l’unisson tous les responsables politiques à qui on tend un micro. Noble intention, qui devrait couler de source dans un pays où on ne reconnaît pas les communautés, mais les citoyens de la République. Pourtant, par leur attitude, ces dernières semaines, certains, qui veulent aujourd’hui jouer les pompiers, ne se sont-ils pas comporté en pyromanes ?

Ainsi, la plupart des reportages ou commentaires, sur les chaînes publiques, sont d’une partialité incroyable et d’une complaisance rare vis-à-vis du Hamas. Montrer principalement des images d’enfants ensanglantés, inviter sur les plateaux de télévision un Tariq Ramadan ou la porte-parole des « Indigènes de la République », sans leur opposer d’interlocuteurs capables de contrer leurs discours démagogiques et haineux, contribue-t-il vraiment à diminuer les tensions ?

Dans ce contexte, 130.000 manifestants, dans toute la France, ont encore défilé samedi dernier, certains pour réclamer la paix mais beaucoup pour brûler des drapeaux israéliens, faire flotter le drapeau des fascistes du Hamas, et scander des « Allah akbar ».

Ces manifestations contribuent-elles à diminuer les tensions ?

Question taboue : qui constitue majoritairement ces cortèges ?

D’après une dizaine de nos correspondants, les chiffres donnent environ 70 à 80 % de manifestants de culture arabo-musulmane, et 20 à 30 % de « Souchiens », pour reprendre l’élégante expression de la porte-parole des « Indigènes de la République », (1) admiratrice du Hamas, dont les propos sur les Blancs n’ont rien à envier aux provocations racistes de Jean-Marie Le Pen, autre admirateur du Hamas.

Il est d’ailleurs fort intéressant de noter la similitude étonnante entre les propos de patron du Front national, ceux des islamistes et ceux de certains gauchistes. (2)

Au regard des images subies, et des commentaires assénés, midi et soir, faisant état d’un véritable massacre, voire d’un "génocide" du peuple palestinien, on a connu le « peuple de gauche » capable de se mobiliser davantage.

On est bien loin de l’onde de choc qu’avait provoquée la guerre d’Irak, et des manifestations monstres qui avaient suivi la décision de Bush.

Comment s’en étonner ? Pourquoi les esprits libres iraient-ils manifester avec des fanatiques religieux, alors que quotidiennement, ils perçoivent la menace que ces gens-là font peser sur la laïcité et sur les valeurs républicaines de notre pays ?

Pourquoi iraient-ils manifester avec des gens dont ils sentent confusément qu’ils manipulent l’opinion, en nazifiant l’Etat d’Israël, pour mieux masquer la réalité de leurs projets : imposer l’islam, en France et partout dans le monde.

Les citoyens de ce pays, sans pour autant cautionner l’ensemble de la politique d’Israël, ne gobent pas le scénario des méchants juifs et des gentils palestiniens arabes, ils ont un peu plus de bon sens, même s’ils ne l’expriment pas aussi brillamment que le romancier Pierre Jourde (3) :

« Israël, 20.000 km2, 7 millions d’habitants, dont 5 millions de juifs, est responsable du malheur des Arabes, de tous les Arabes, qu’ils soient Egyptiens, Saoudiens ou Français. Israël est l’Injustice même. En le rayant de la face du globe, en massacrant les Juifs, on effacerait l’injustice. C’est bon, de se sentir animé par une juste colère. C’est bon, d’éprouver la joie de frapper et de persécuter pour une juste cause. Voilà pourquoi il ne faut pas dire aux “jeunes des cités” que les deux millions d’Arabes israéliens ont le droit de vote, élisent leurs députés librement. Ne leur dites pas qu’Israël soutient financièrement la Palestine. Ne leur dites pas que des milliers de Palestiniens vont se faire soigner dans les hôpitaux israéliens. Ne leur dites pas que l’université hébraïque de Jérusalem est pleine de jeunes musulmanes voilées. Ne leur demandez pas où sont passés les milliers de juifs d’Alexandrie. Il en reste trente aujourd’hui. Ne leur demandez ce qu’il est advenu de tous les juifs des pays arabes. Ne leur demandez pas s’ils ont le droit au retour, eux aussi. Ne leur demandez pas quelle est la société la plus “métissée”, Israël ou la Syrie. Ne leur dites pas que, s’il y a de nombreux pro-palestiniens en Israël, on attend toujours de voir les pro-israéliens dans les pays arabes. Ne leur dites pas que le négationnisme ou l’admiration pour Hitler ne sont pas rares dans les pays arabes ; que, lorsqu’il s’est agi d’illustrer les différentes cultures par leurs grands textes, la bibliothèque d’Alexandrie a choisi d’exposer, pour le judaïsme, le Protocole des Sages de Sion ; que ce faux antisémite est largement diffusé dans les pays arabes. Ne leur dites pas que, du point de vue des libertés, de la démocratie et des droits de l’homme, non seulement il vaut mille fois mieux être Arabe en Israël que juif dans un pays arabe, mais sans doute même vaut-il mieux être Arabe en Israël qu’Arabe dans un pays arabe. Ne leur dites pas qu’Alain Soral, du Front national, qu’ils détestent tant, est allé manifester son soutien au Hezbollah, qu’ils admirent si fort. »

Tout est dit par ce mal-pensant, par ailleurs romancier iconoclaste. Les militants de gauche qui veulent demeurer des esprits libres, et ne pas se laisser endoctriner par le Mrap, la direction du PCF ou celle de la LCR, et pas davantage par la propagande des islamistes, savent également que beaucoup de ceux qui manifestaient ces deux samedis ont combattu férocement la loi contre les signes religieux à l’école. Ils constatent que ce sont souvent les fers de lance d’une offensive religieuse visant à confessionnaliser de nouveau notre pays. Ils savent que, dans ces manifestations, de nombreuses femmes seront voilées, et qu’ils entendront des « Allah akbar » lancés par des fanatiques, qui imposeront leur prière, envahissant l’espace public. Ils n’ont pas envie, par leur présence, de cautionner cela.

Sans le dire aussi brillamment que notre ami Guillaume (4), ils sentent confusément que beaucoup de ces manifestants ne se comportent pas comme des citoyens acceptant les lois de la République, mais comme une cinquième colonne de l’islam, en France, visant à ce que les lois de la République s’effacent devant la loi du Coran. Et qu’il n’y a pas que la France qui est confrontée à ce problème.

« Selon les sondages, 44 % des jeunes musulmans voudraient qu’on introduise la charia au Royaume-Uni. Leurs parents ont fui la Charia et émigré en Europe, rien ne les empêche d’émigrer (ou selon le cas de retourner) vivre dans un pays où la charia fait le bonheur des musulmans, s’ils n’acceptent pas le droit européen. Ils pourront y vivre le vrai islam, celui des décapitations, amputations, lapidations, condamnations à mort pour apostasie, adultère, blasphème, homosexualité, et j’en passe. Fuir les pays musulmans où l’on applique la charia et ensuite vouloir imposer celle-ci en Europe n’est pas tolérable. (…) Ceux qui veulent introduire petit à petit la charia (règles religieuses du 7e siècle) dans tous les domaines de la vie, veulent détruire les droits de l’homme, les libertés fondamentales, la démocratie. Ils veulent diviser les citoyens en « communautés ethnoreligieuses », qui pratiquent l’ostracisme les uns envers les autres. Ils veulent « anarchiser » l’Europe, créer un système de droit communautarisé et d’apartheid selon la religion pratiquée. »

Il serait néanmoins irresponsable de mettre tous les Arabo-musulmans dans le même sac, comme il serait désespérant de ne voir, parmi les manifestants de culture arabo-musulmane, que des adeptes de la charia. D’abord, on rappellera qu’à peine 2% d’entre eux se sont déplacés pour manifester, ce qui laisse penser que l’instrumentalisation communautariste ne fonctionne pas encore partout, heureusement. D’autre part, si l’on n’a vu, le plus souvent, que la minorité excitée et fanatique, il y avait des manifestants sincères, bouleversés par le drame de Gaza, qui, en manifestant, pensaient aider la population à voir cesser les bombardements. Ils se sont laissés manipuler. Manifester avec les fascistes islamistes, c’est cautionner le Hamas, quoi qu’en disent les leaders de gauche qui essaient de justifier leur présence au nom de la cause humanitaire, contre la « riposte disproportionnée ».

Que n’écoutent-ils des personnes difficilement suspectables de racisme, comme notre ami Mohamed Sifaoui, qui s’étonne de ne jamais avoir vu les manifestants de ce samedi dans la rue quand les démocrates algériens se faisaient égorger par le FIS, en Algérie (5). Que ne lisent-ils pas les propos de Wafa Sultan, refusant de se laisser manipuler par "l’hypocrisie inégalée de Gaza". (6)

Rappelons-nous que le 7 novembre 2004, pour contre-attaquer contre la loi interdisant les signes religieux à l’école, la LDH et le Mrap, emmenés par les duettistes Tubiana-Aounit, avaient embarqué toute la gauche dans des manifestations nationales contre le racisme, en signant un texte avec plus de cent organisations, dont… l’UOIF. Ce fut un véritable fiasco, il n’y eut pas davantage que 3000 manifestants dans toute la France.

Aucune leçon n’a été tirée de cet échec. On voit les organisations de Marie-George Buffet, Jean-Luc Mélenchon, Cécile Duflot, Olivier Besancenot, la CGT, des associations se disant anti-racistes accepter de signer des textes avec l’UOIF, le Collectif des Musulmans de France, et défiler avec les islamistes, comme s’ils ne savaient ce qui se scandait dans ces manifestations, et la nature de ces associations religieuses. (7)

Certes, nous savons que dans les rangs de ces organisations, certaines protestations commencent à monter, comme celle de cette militante sincère, mais d’une naïveté désarmante, qui, présente le 3 janvier, s’indigne des prières des musulmans, et jure qu’on ne la reprendra plus. (8). Mieux vaut tard que jamais. Mais avait-elle bien lu la liste des organisations signataires ? Qu’espérait-elle d’autre ?

Il n’y a aucune cohabitation possible, dans une manifestation, entre des gens se réclamant progressistes, et les fascistes islamistes. Une manifestation se réclamant pour la paix, qui ne scande pas le mot d’ordre de « Hamas fasciste » ne peut être crédible.

N’oublions pas, bien sûr, les incidents classiques de fin de manifestation, qui ne feront que rappeler aux citoyens de ce pays que ceux qui pourrissent la vie des cités, ont brûlé 300 écoles publiques en 2005 et ont agressé les lycéens lors des manifestations contre le CPE, sont toujours là.

Il fut un temps où la gauche était porteuse des valeurs laïques et républicaines. Il fut un temps où ses adeptes étaient fiers de crier « A bas la calotte ! ». Il fut un temps où elle mettait un point d’honneur à combattre tous les fascismes, et l’intégrisme religieux. Il fut un temps où elle accompagnait les luttes des femmes contre le cléricalisme. Aujourd’hui, elle manifeste avec des fascistes religieux, et défend le voile islamiste ! Quelle dégénérescence !

La crise boursière devrait être une aubaine pour elle, si elle avait une vision sociale, laïque et républicaine de la société. Mais d’un côté on a un parti socialiste qui a mis la pire anti-laïque, Martine Aubry, à sa tête (9). Savez-vous que le mari de Martine Aubry, Jean-Louis Brochen, est, dans le nord, l’avocat des islamistes, et qu’il défendait les jeunes filles qui voulaient imposer le voile à l’école, dès 1993 ? Est-ce un hasard si Martine Aubry et Amar Lasfar, recteur UOIF de la mosquée de Lille-sud, s’entendent si bien que le maire de Lille a accepté les piscines communautaristes, pour les femmes musulmanes, dans sa commune ? A la demande de qui ? D’Amar Lasfar ! Cette gauche libérale libertaire, dont Cohn Bendit est la caricature, et Martine Aubry un relais fidèle, continue à cautionner la construction européenne, elle a aidé Sarkozy à ratifier le traité de Lisbonne, contre l’avis du peuple.

De l’autre côté, on a la « gauche du non », qui croit combattre le capitalisme en soutenant les islamistes, selon le concept que les ennemis de nos ennemis pourraient être nos amis. Reniant tous les principes laïques et républicains, aveugle devant la dramatique situation des couches populaires, et des salariés du privé, elle ose continuer à réclamer la régularisation massive de tous les sans-papiers, et la libre installation de tous les citoyens malheureux du monde en France. Que cherchent-ils, les voix des banlieues pour les prochaines élections ? En tout cas, ils n’ont aucune chance de reconquérir le peuple avec un discours aussi peu républicain, en période de chômage de masse et de manque criant de logements sociaux !

La chance de Nicolas Sarkozy, qui veut installer la discrimination positive, en finir avec la laïcité et communautariser la France (10), est d’avoir une telle gauche, qui a oublié ses racines laïques, en face de lui.

(1) http://fr.youtube.com/watch ?v=fkXXe6_qw0s

http://www.marianne2.fr/Les-Indigenes-creent-un-parti-anti-souchiens-_a86962.html ?voir_commentaire=oui

(2) http://fr.youtube.com/watch ?v=isqHC1XgA_s

(3) http://www.causeur.fr/il-ne-faut-pas-desesperer-montfermeil,1495

(4) http://www.fairelejour.org/article.php3 ?id_article=1893

(5) http://www.mohamed-sifaoui.com/article-26644084.html

(6) http://mediarabe.info/spip.php ?article1644

(7) http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2009/01/pour-ceux-qui-en-doutaient.html

(8) http://www.gaucherepublicaine.org/,article,2324,,,,,_La-manif-du-3-janvier-a-ete-detournee.htm

(9) http://www.ripostelaique.com/Le-palmares-anti-laique-lillois-de.html

(10) http://www.ripostelaique.com/Sarkozy-et-les-siens-veulent.html

Publié dans ACTUALITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article