Claude BERRI (Claude LANGMANN) est mort

Publié le par EUROPE1.fr

Figure incontournable du cinéma français, Claude Berri, qui avait été hospitalisé d'urgence dans la nuit de samedi à dimanche à l'hôpital de la Salpétrière à Paris, est décédé lundi matin des suites "d'un accident vasculaire cérébral". Il était âgé de 74 ans.


Un deuil terrible pour le cinéma français. Claude Berri, admis au service de réanimation de la Salpétrière dans la nuit de samedi à dimanche, est décédé lundi matin des suites "d'un accident vasculaire cérébral". Dès dimanche après-midi, les médecins se montraient très pessimistes en raison d'un "hématome intracrânien". Claude Berri avait déjà souffert d'un accident vasculaire cérébral il y a quelques années.

Né Claude Langmann en 1934, il était le fils d'un fourreur et d'une ouvrière. Après avoir brièvement exercé le métier de son père, il s'était lancé dans une carrière de comédien, prenant le nom de Berri. Il a joué notamment dans "Rue de l'Estrapade" (1952) de Jacques Becker et "Le blé en herbe" (1953) de Claude Autant-Lara. Mais son succès restait modeste. En tant que réalisateur en revanche, le succès fut immédiat. Son premier court-métrage, "Le Poulet" (1962) remporta l'Oscar du meilleur court-métrage en 1965. De 1967 à 1970, Claude Berri a produit, réalisé et interprété quatre longs métrages à l'inspiration très autobiographique : "Le vieil homme et l'enfant" avec Michel Simon, "Mazel Tov", "Le pistonné" et "Le cinéma de papa". En 1983, "Tchao Pantin" avec Coluche est un énorme succès tout comme les adaptations de Pagnol, "Jean de Florette" et "Manon des sources" qui ont suivi. En 1993, son adaptation de "Germinal" d'Emile Zola réunit une pléiade de célébrités (Gérard Depardieu, Laurent Terzieff, Jean Carmet, Miou-Miou, Anny Duperey...). Parmi la vingtaine de films à son actif Claude Berri aura également réalisé "Lucie Aubrac" (1997), "La débandade" (1999), "Une femme de ménage" (2002), "L'un reste l'autre part" (2005), inspiré de la vie du cinéaste, dont l'un des enfants, le comédien Julien Rassam, décédé en 2002, était devenu tétraplégique en 1998. Sorti au printemps 2007, son dernier opus, "Ensemble c'est tout" tiré du best-seller d'Anna Gavalda réunissait Audrey Tautou et Guillaume Canet.

Outre ses propres oeuvres, le fondateur de Renn Productions (1963) avait produit une cinquantaine de films éclectiques : "Tess" de Roman Polanski, "Astérix contre César" de Claude Zidi, "La Reine Margot" de Patrick Chéreau, "L'Ours" et "L'Amant" de Jean-Jacques Annaud et plus récemment "Bienvenue chez les Ch'tis" de Dany Boon. Mais aussi les réalisateurs Eric Rohmer, Maurice Pialat, André Téchiné, Claude Sautet, Philippe de Broca, Alain Chabat, Les Inconnus, Costa-Gavras...

Claude Berri a aussi été président de la Cinémathèque Française de septembre 2003 à juin 2007. Enfin, il a mis sa vie à nu dans un livre "Autoportrait", publié en 2003. Il était aussi le père du producteur et acteur Thomas Langmann et le compagnon de la romancière Nathalie Rheims.

Grand amateur et collectionneur d'art, Claude Berri a ouvert en mars dernier à Paris un lieu dévolu à l'art contemporain, l'Espace Claude Berri. Cet espace, situé dans le quartier du Marais à Paris, a pour but de "montrer des artistes que je ne connaissais pas avant", avait affirmé le cinéaste dans une présentation de ce nouveau site. Le cinéaste collectionnait depuis les années 1970, de l'art moderne et contemporain, du design ou de la photographie. Il a rassemblé une des plus importantes collections d'art contemporain en France, avec des oeuvres de Robert Ryman, Richard Serra, Bruce Nauman, Dan Flavin, Paul McCarthy, Wim Delvoye ou Subodh Gupta.

Claude Berri était en train de réaliser avec François Dupeyron +Trésor+, une comédie avec Mathilde Seigner et Alain Chabat, son vingtième film en tant que réalisateur. Le film se poursuivra malgré sa disparition.

Publié dans ACTUALITE

Commenter cet article