Gaza: 7e jour de bombardements, + de 400 morts dont un chef du Hamas

Publié le par A.F.P


Raids israéliens le 1e janvier 2008 dans le nord de la bande de Gaza
© 2009 AFP (Menahem Kahana)
Raids israéliens le 1e janvier 2008 dans le nord de la bande de Gaza

ISRAEL a poursuivi vendredi, pour le 7e jour consécutif, ses bombardements aériens de la bande de Gaza, qui ont tué la veille un des chefs du mouvement islamiste Hamas et fait au moins 420 morts depuis le déclenchement de l'opération israélienne le 27 décembre.

Des témoins à Gaza ont affirmé que les bombardements de la nuit de jeudi à vendredi avaient fait plusieurs blessés, mais aucun mort n'a été signalé.

Une porte-parole de l'armée israélienne a indiqué que les raids de la nuit avaient visé 15 objectifs, dont des pas de tirs de roquettes et des installations de stockage d'armes.

Un dirigeant de premier plan du Hamas a péri jeudi dans un raid israélien, au sixième jour de l'opération israélienne, tandis que le Premier ministre israélien Ehud Olmert assurait ne pas vouloir d'une "guerre longue". Nizar Rayan, plus haut responsable décédé dans l'offensive, a été tué avec ses quatre épouses, dix de ses 12 enfants et deux voisins dans un raid sur l'immeuble de cinq étages où il vivait, dans le camp de réfugiés de Jabaliya (nord de la bande de Gaza).

Nizar Rayan (c) durant un entraînement dans le camp de réfugiés de Jabalia, dans la bande de Gaza, le 14 septembre 2007
© 2009 AFP (Mahmud Hams)
Nizar Rayan (c) durant un entraînement dans le camp de réfugiés de Jabalia, dans la bande de Gaza, le 14 septembre 2007

Ténor de l'aile la plus radicale du mouvement islamiste, connu pour ses talents d'orateur, il s'illustrait par ses déclarations au vitriol contre Israël mais aussi contre l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, délogée de Gaza par le Hamas en juin 2007.

L'armée israélienne a confirmé l'attaque, affirmant que la maison servait de dépôt d'armes et de centre de communications au Hamas.

Selon les services d'urgences de la bande de Gaza, 420 Palestiniens ont été tués et 2.180 blessés, depuis le 27 décembre, début de l'opération "Plomb durci", visant à stopper les tirs de roquettes sur Israël. Au moins un quart des victimes sont des civils, dont des femmes et des enfants, selon l'ONU.

En journée, le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a démenti un communiqué publié peu avant la mort de Nizar Rayan selon lequel le Hamas acceptait "sous conditions" les propositions de l'Union européenne (UE) en vue d'une trêve.

Le mouvement islamiste a ensuite appelé les Palestiniens de Cisjordanie et Jérusalem-est à une "journée de colère" vendredi, par des manifestations partant de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem et de "toutes les mosquées en Cisjordanie". La police israélienne a en conséquence mobilisé des milliers d'élements et limité l'accès de l'esplanade des Mosquées aux hommes âgés de plus de 50 ans et munis d'une carte d'identité israélienne, aucune restriction n'étant imposée aux femmes.

L'armée israélienne a annoncé le bouclage total pendant 24 heures de la Cisjordanie à partir de minuit (jeudi, 22H00 GMT). A l'appel du Hamas, les Palestiniens doivent aussi manifester dans la bande de Gaza.

L'armée israélienne a poursuivi jeudi 1er janvier 2009 son offensive contre la bande de Gaza. Durée: 0mn38.
© 2009 AFP
L'armée israélienne a poursuivi jeudi 1er janvier 2009 son offensive contre la bande de Gaza. Durée: 0mn38.

Les attaques se sont poursuivies jeudi à Gaza après le rejet la veille par Israël de propositions de trêve de l'UE, laissant présager une imminente offensive terrestre.

Parmi les cibles touchées figurent des ministères, un bâtiment du Parlement palestinien, des tunnels de contrebande et des ateliers "de fabrication de roquettes".

Selon des témoins, les attaques ont aussi visé des bureaux de change à Gaza-ville dans la nuit et une mosquée dans le sud jeudi matin.

"Nous nous rapprochons de l'heure de la décision" sur une éventuelle offensive terrestre, a indiqué à la télévision le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense du Parlement israélien, Tzahi Hanegbi.

"Nous ne voulons pas d'une guerre longue et nous ne souhaitons pas élargir le front", avait déclaré auparavant Ehud Olmert lors d'une tournée à Beersheva, ville du sud visée ces derniers jours par plusieurs roquettes tirées de la bande de Gaza, distante de 40 km.

Carte de localisation des attaques à Gaza
© 2009 AFP
Carte de localisation des attaques à Gaza

De Paris, où elle s'est entretenue avec le président français Nicolas Sarkozy, la ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a elle réaffirmé qu'Israël déciderait "le moment venu" d'arrêter ses opérations. M. Sarkozy doit entamer lundi une tournée au Proche-Orient pour "chercher les chemins de la paix". Il se rendra en Egypte, en Cisjordanie et en Israël, puis mardi en Syrie et au Liban, a annoncé l'Elysée.

Nicolas Sarkozy et Tzipi Livni à l'issue de leur entretien le 1er janvier 2009 à Paris
© 2009 AFP (Stéphane de Sakutin)
Nicolas Sarkozy et Tzipi Livni à l'issue de leur entretien le 1er janvier 2009 à Paris

Au Vatican, le pape Benoît XVI a lancé à l'occasion du 1er janvier, célébré dans l'Eglise catholique comme la "journée mondiale de la paix", un appel pour que la "violence" et la "haine" ne "prennent pas le dessus" dans le monde en 2009, citant notamment le Proche-Orient où "la grande majorité" des populations israélienne et palestinienne veut "vivre en paix".

L'opération à Gaza est soutenue par 71% d'Israéliens, selon un sondage publié par le quotidien Haaretz.

Les tirs de roquettes de Gaza, 360 au total, selon Israël, ont fait depuis le 27 décembre quatre morts, dont un soldat, et une douzaine de blessés.

Plus de 50 de ces engins se sont abattus jeudi dans le sud d'Israël, notamment à Beersheva et Ashdod, selon l'armée.

Sur le plan diplomatique, la Libye a déposé au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat et son plein respect par Israël et le Hamas.

Publié dans ISRAEL

Commenter cet article