Israël frappe le Hamas à Gaza : plus de 200 morts et 700 blessés

Publié le par A.F.P

 

Des Palestiniens se réunissent sur le site d'une frappe aérienne israélienne sur Rafah, le 27 décembre 2008
© 2008 AFP (Said Khatib)
Des Palestiniens se réunissent sur le site d'une frappe aérienne israélienne sur Rafah, le 27 décembre 2008

Israel a lancé samedi des raids aériens massifs contre le Hamas à Gaza, tuant plus de 200 et 700 blessés Palestiniens dans une tentative d'en finir avec les tirs de roquettes depuis le territoire sous son contrôle.

L'opération "plomb durci", une des attaques les plus meurtrières lancée par Israël contre les Palestiniens depuis des dizaines d'années, a été déclenchée à 11H30 (09H30 GMT) lorsqu'une soixantaine d'appareils israéliens ont bombardé une cinquantaine de sites du mouvement islamiste, notamment le quartier général de la police dans la ville de Gaza et des camps d'entrainement.

La plupart des victimes sont des policiers du Hamas, a-t-on précisé de sources hospitalières et policières palestiniennes.

Mouawiya Hassanein, chef des services d'urgence, a fait état de 195 morts.

"Le nombre de victimes a atteint 195 martyrs et plus de 300 blessés dont 120 sont dans un état grave", a-t-il déclaré à l'AFP. "Le bilan s'est alourdi en raison de nouveaux raids israéliens et l'évacuation de plusieurs martyrs sous les décombres", a-t-il ajouté.

Il était encore provisoire du fait de la poursuite de raids sporadiques.

Les dirigeants israéliens avaient brandi la menace d'une opération d'envergure à Gaza après la fin, le 19 décembre, d'une trêve de six mois négociée par l'intermédiaire de l'Egypte.

Tués et blessés palestiniens lors de frappes israéliennes, le 27 décembre 2008 à Gaza
© 2008 AFP (Mohammed Abed)
Tués et blessés palestiniens lors de frappes israéliennes, le 27 décembre 2008 à Gaza

L'opération "se poursuivra et s'intensifiera autant que cela sera nécessaire", a averti le ministre israélien de la Défense Ehud Barak, lors d'une conférence de presse dans l'après-midi

La riposte palestinienne n'a pas tardé. Une trentaine de roquettes, dont une dizaines de "grad", de plus longue portée, et un obus de mortier ont été tirés, selon la police israélienne.

Une de ces roquettes a tué un civil israélien à Netivot et fait quatre blessés dans cette localité du sud du pays, selon les services d'urgence israéliens.

D'autres ont atteint les villes méridionales de Sdérot et d'Ashkelon, mais sans faire de victimes.

Dégâts causés par une frappe aérienne israélienne sur Rafah, le 27 décembre 2008
© 2008 AFP (Said Khatib)
Dégâts causés par une frappe aérienne israélienne sur Rafah, le 27 décembre 2008

Le général Tawfik Jaber, chef de la police du Hamas, a été tué dans les raids qui ont tout particulièrement visé le quartier général de la police du Hamas dans la ville de Gaza, selon le porte-parole de cette force, Islam Shawan.

Selon lui, plus d'une centaine de policiers figurent parmi les morts. Il a indiqué que, dans le nord de la bande de Gaza, un camp d'entrainement militaire du Hamas avait été entièrement détruit.

A l'hôpital Al-Chifa de Gaza, des corps déchiquetés et des blessés affluaient dans la confusion totale.

Des corps s'entassent sur le sol dans le service d'urgence mais aussi dans les couloirs. Des blessés hurlent. Totalement débordés, médecins et infirmiers parent au plus pressé.

Le Hamas a appelé son bras armé, les brigades Ezzedine al-Kassam, à "mettre tous les moyens en oeuvre pour empêcher les sionistes de dormir" et des combattants palestiniens ont dit aux Israéliens de "préparer des linceuls".

De la fumée s'élève au-dessus de Rafah après des frappes aériennes israéliennes, le 27 décembre 2008
© 2008 AFP (Said Khatib)
De la fumée s'élève au-dessus de Rafah après des frappes aériennes israéliennes, le 27 décembre 2008

Sur le plan diplomatique, le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé des "contacts urgents avec plusieurs pays arabes et autres pour faire cesser l'agression lâche et les massacres dans la bande de Gaza".

A Ramallah (Cisjordanie), le gouvernement palestinien a affirmé que des contacts étaient en cours pour une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies.

Alors que Bruxelles, Paris, Moscou notamment appelaient à un cessez-le-feu immédiat, la ministre des Affaires étrangères israélienne Tzipi Livni a réuni ses collaborateurs en vue d'une campagne d'information internationale pour justifier l'action israélienne.

"Nous avons fait preuve de retenue jusqu'à présent. Aujourd'hui, il n'y a pas d'autres options qu'une opération militaire" contre le Hamas, a affirmé Mme Livni.

Les Etats-Unis ont pressé Israël de faire en sorte que les raids ne fassent pas de victimes civiles tout en avertissant le Hamas qu'il devait cesser ses attaques à la roquette "pour que la violence cesse".

Les pays arabes ont généralement condamné Israel et leurs ministres des Affaires étrangères devaient se réunir d'urgence dimanche au Caire.

En réaction aux raids israéliens, des centaines de Palestiniens ont manifesté en Cisjordanie, notamment à Hébron, à Bethléem, à Kalendia, à Ramallah, et dans les villages de Nilin et Bilin, selon des témoins.

Publié dans ISRAEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article