Munich 1938 - Téhéran 2008

Publié le par Félix Perez et Jacques Rachi

Prenez la peine de lire ces extraits et de les garder en mémoire quand les affaires iraniennes vont se développer et s'accélérer dans les mois qui viennent.
     
Tout parallèle avec des événements  actuels qui s'impose à la lecture de l'ouvrage ne peut être écarté d'un coup de plume en arguant que l'histoire ne se répète pas, au risque de refuser à l'homme ce qui constitue son expérience, seul outil à sa disposition dans les « sciences molles » que sont l'histoire et la politique.

======================================

1/4    Le Reich est ouvertement autoritaire, répressif et antisémite


(p 5) Le Reich était très secret. Il cachait avec un soin extrême ce qui se passait dans ses coulisses. La presse qu'il avait asservie présentait au public une version déformée et tendancieuses des faits...S'opposer à la vérité officielle, c'était aller au devant des plus grands risques,... le régime punissait cruellement les indiscrets.
(p6) Les nazis avaient l'ambition de bouleverser les assises morales et intellectuelles ... du monde civilisé... et évincer définitivement le christianisme

(p7) rien n'échappait à leur atteinte ; le droit, la science, l'éducation, la famille et les institutions politiques
(p71) Personne n'ignorait les idées d'Hitler, sa doctrine. Il les avait exposées dans son livre Mein Kampf, que tout le monde avait lu.
(p74) L'antisémitisme du Reich n'est pas ...accessoire...c'est une pièce essentielle, une clef de voûte.
(p 87)  Rarement s'est rencontré pareil aveuglement politique ! autant d'illusions, autant d'erreurs psychologiques ! Le Reich n'avait pas camouflé ses idées ni laissé de doutes sur ses façons d'agir, ses méthodes , sa mentalité.
Les diplomates étrangers à Berlin ne cachaient pas leurs appréhensions.
(p 120) On connaît la haine de Hitler pour les juifs ; elle s'étale dans Mein Kampf,... sur ce chapitre il ne variera jamais.


==========================================
2/4     Le Reich s'arme massivement et affiche ouvertement ses intentions belliqueuses

(p11) Le régime était tout entier orienté vers la guerre ... j'en fus persuadé de bonne heure (i.e. vers 1933). L'intensité croissante de son effort militaire était révélatrice... On s'habituait à mes prédictions pessimiste. On s'en lassait... Le plus grave était qu'on ne se préparait pas. Nos gouvernements n'eurent pas cette audace du fait de leur désir d'éviter une nouvelle guerre, de leur pacifisme profond, de leur attachement sincère à la SDN (i.e. ONU)

(p 47) Le but extérieur du Reich est de secouer les chaînes du Traité de Versailles ... et de doter l'Allemagne d'une Armée proportionnée à son rang , ... elle revendique qu'on lui attribue les mêmes droits qu'aux autres Etats.
(p 81) Il va de soi que l'Armée tient une place considérable dans ses préoccupations.
(p 139) A l'extérieur le Reich se montre à l'origine prudent et circonspect, ... sa fin l'affranchissement du Traité de Versailles, la restitution à l'Allemagne de son rang
(p 145) En matière de réarmement de l'Allemagne celle-ci entendait viser l'égalité d'abord puis la sécurité... et se posait la question des armes offensives autorisées au delà des armes défensives.
(p152) L'égalité par le désarmement ne présentait aucun attrait pour Hitler. (p153) Il réclamait le droit de réarmer de suite.

(p 223) Dès son accession à la Chancellerie, Hitler commença de réarmer et son problème avait été de faire légaliser ce réarmement ... Il ne s'agissait plus de solliciter l'agrément des Alliés mais de leur faire connaître l'organisation militaire dont il entendait  doter son pays

(p 226) Le Reich décrétait que le réarmement de ses voisins menaçait sa sécurité et que sa sécurité en péril exigeait le réarmement
(p 237) Hitler déclare dans Mein Kampf qu'il n'y a rien de pire que de faire les choses à moitié et condamne la demi-mesure. L'Allemagne n'est plus à la merci de ses voisins...est devenue assez forte pour pouvoir s'émanciper des contraintes qui la gênent ... viole le pacte de Locarno en rétablissant la conscription.


=========================================
3/4    Le Reich ne cherche qu'à gagner du temps en affichant des intentions de paix. Plus ses ennemis cèdent plus il devient agressif.

(p 140) Les Alliés ne comprendront pas la peur que le Reich avait à l'époque de l'isolement, sa crainte de leur guerre préventive.... même si les Alliés en avaient pleinement conscience, la nature démocratique de leurs régimes, le pacifisme dont ils étaient imbus, la répugnance que leur inspirait l'idée de la guerre ne les disposaient pas à user de la menace qu'Hitler redoutait par dessus tout. ... Leur passivité s'accroissait ... quand Hitler se déclarait systématiquement attaché à la paix, réitérait sa protestation pacifique,... prononçait très souvent le mot « paix »...

(p 143) il défend un effort de pacification ... il n'a jamais envisagé de recourir à la guerre, même pas pour modifier le statut des frontières. Hitler se livrera à une critique acérée de la SDN (i.e. ONU) et pousse à des conversations directes entre les Puissances
(p 150) Hitler avait déclaré : l'Allemagne ne veut pas la guerre...nous respectons le droit des autres nationalités ... un traité de paix avec nous doit fermer les plaies encore ouvertes ... que les autres nous suivent dans cette voie. ...
 Il ne songeait nullement à revendiquer le retour de l'Alsace au Reich. (p 154) Il faudrait être fou, dit Hitler, pour imaginer une guerre entre le Reich et la France.
(p152) Rien n'exaspérait autant Hitler que de se retrouver en face d'un front commun des grandes puissance...
(p160) Le Reich faisait tout pour gagner du temps afin d'installer son régime ... en apparaissant sous les traits d'un pacifiste convaincu...
(p 169) L'Allemagne acceptait un contrôle international et était prête à signer avec ses voisins des pactes de non agression valables pour 10 ans. Elle exigeait comme condition préalable à toute négociation pour tous les pays l'interdiction de la guerre chimique et bactériologique, du bombardement des lieux habités et la suppressions totale de l'aviation de bombardement.
(p 172) Hitler se déclarait prêt à souscrire à tout organisme de contrôle accepté par les autres Puissances ... à condition de pouvoir s'équiper du matériel désiré de guerre et de réarmer 300000 hommes... Il n'avait pas renoncé à ses prétentions.

(p 179)
La bonne foi d'Hitler était évidemment plus que douteuse,... je ne croyais pas qu'il observerait les limitations,...je savais qu'il tricherait et ...qu'une convention le gênerait ...

(p 236) En termes conciliants Hitler se montre désireux de participer à l'organisation de la sécurité générale du monde... L'Angleterre mord aux appâts qui lui sont tendus et salue la lueur qu'Hitler vient d'allumer ... elle autorise en juin 1935 par un accord à deux le réarmement naval du Reich.
(p 246) En juin 1935 Hitler paraît résigné mais ne l'est nullement et s'engage à respecter fidèlement le pacte de Locarno... Je ne me fie pas à ces apaisantes déclarations car trop de signes m'avertissent de son état d'esprit alarmant.

(p 252) Hitler frappe son adversaire en plein visage et dans le même instant lui propose la paix... Il est ainsi  prêt à ouvrir des négociations pour créer une zone démilitarisée.
(p 255) Hitler est un joueur , à chaque capitulation de l'adversaire il remet au jeu en doublant la mise. ... quand il s'aperçoit que la France ne mobilise pas et qu'elle joue la SDN (i.e. ONU), Hitler respire. ...
(p 270) Goebbels avait comparé dans un discours public les peuples démocratiques aux veaux les plus stupides...
(p 283) dans la coulisse il se prépare à la guerre et cherche à endormir la vigilance des gouvernements.
(p 319) Une fois l'occupation de l'Autriche achevée sans coup férir, Hitler se reproche d'avoir manqué d'audace ... c'est un homme qui n'est jamais rassasié et qui n'a pas le sens de la mesure.

==========================================
4/4     Les Alliés cherchent la paix à tout prix faisant le jeu du Reich le conduisant en fait à la guerre
(p147) Les anglais et Roosevelt voulaient absolument aboutir à un résultat positif la discrimination imposée au Reich ne pouvait durer et qu'il n'était dès lors pas déraisonnable d'accéder aux demandes de l'Allemagne
(p163) Chamberlain était résolu à sauvegarder la paix du continent, au prix de gros sacrifices de témoignages de confiance, de ménagements, de concessions, de cantonnement de l'humeur belliqueuse et des ambitions d'Hitler. 
(p167) qu'Hitler n'oserait jamais toucher au statut de Dantzig en risquant une guerre.
(p 174) Le vrai problème était de savoir si les Puissances laisseraient le Reich libre de se réarmer à sa guise ou si elles l'en empêcheraient par la force... Il n'y avait aucune chance qu'une sanction fût appliquée au Reich dans le cas où il réarmerait en violation du traité.

(p 243) La controverse franco-allemande dura des mois mais ne servit à rien qu'à permettre au Reich de gagner du temps et de développer ses forces militaires.
(p 248) J'avais averti le Quai d'Orsay qu'Hitler n'hésitait plus que sur le choix du moment je milite pour qu'on prenne les devants  pour l'obliger à abattre son jeu,... qu'on le menace de nous opposer par la force à ses desseins. .. Les circonstances nous condamnent à recevoir les coups sans être en mesure d'y répliquer immédiatement et à être constamment surpris par les événements que nous attendons. ... L'expérience nous avait encore laissé quelques illusions sur l'efficacité des mécanismes de la SDN (i.e. ONU).
(p254)  La France aurait pu occuper la Sarre mais elle a reculé car pas sûre de pouvoir compter sur son opinion publique... Le courant pacifiste était puissant,... on attendait tout de la SDN (i.e. ONU). L'Angleterre en mars 1936 ne voit aucune raison de supposer qu'à ce stade la présente action de l'Allemagne comporte une menace d'hostilité. .les offres de négociations d'Hitler ont  retenu l'attention de Londres
(p 262) Aux Jeux d'août 1936, les esprits s'abandonnent à une sensation de détente, Tous les gouvernants sont présents, ... ils pensent que leur cauchemar s'est enfin dissipé ...  La France est séduite par l'engagement qu'Hitler est prêt à prendre de respecter le statu quo afin de sauvegarder la paix. ...  L'Angleterre est persuadée d'aller vers la paix !


===========================================
(p 305) En mars 1938, Hitler envahit l'Autriche ...
(p314) le 29 Septembre 1938, se déroule la Conférence de Munich ... Quand on a une fois cédé sur le principe, une faiblesse en entraîne une autre et on ne sait plus comment s'arrêter de céder. Munich en est la suite logique ...  fruit d'un sentiment honorable d'apparence des peuples démocratiques de répugner à s'engager dans une guerre générale. ..

(p 322) Chamberlain propose au Führer de se rendre auprès de lui pour « essayer de trouver une solution pacifique » (guillemets dans les guillemets !) et malgré son titre et son âge il a pris la peine d'aller frapper à la porte du chef de bande en Allemagne « la paix vaut bien une messe » (guillemets dans les guillemets !) ... Hitler n'y a vu qu'un aveu de faiblesse...
(p 324) Prague se sacrifie pour le salut de l'Europe
(p 327) « Le 27 septembre 1938 Chamberlain déclare à la Radio ; Quelle que soit notre sympathie pour une petite nation (sic)en prise avec un grand et puissant voisin (sic) nous ne saurions engager une guerre pour cette seule petite nation »
(p 333) Un pays allié de toujours subit un important amoindrissement matériel et une humiliation atroce se voyant privé de villes et de contrées précieuses et a été sacrifié à la paix ..
(p 334) Daladier et Bonnet déclarent : « la paix est sauvée c'est le principal, tout le monde sera content » (sic)
(p 253) L'attitude de Hitler équivaut à une agression,...la guerre serait sur le pont d'éclater. La France ne veut pas agir seule mais avec la SDN (i.e. ONU) ...
(p 256) si la France avait pénétré en Rhénanie, la Reichswehr se serait retirée derrière le Rhin.

"Souvenirs d'une Ambassade à Berlin (1931-1938)"
André François Poncet, Ambassadeur de France à Berlin - Flammarion, 1946

Il en va de la vie de 6 millions d'habitants (en Israël) chiffre hélas fatidique et de l'honneur de l'occident.
  
 « 1938 : Chamberlain déclare  : Quelle que soit notre sympathie pour une petite nation (sic)en prise avec un grand et puissant voisin (sic) nous ne saurions engager une guerre pour cette seule petite nation (re sic) »

=====================================
1/4    L'Iran actuel est ouvertement autoritaire, répressif et antisémite

§ L'Iran était très secret. Il cachait avec un soin extrême ce qui se passait dans ses coulisses. La presse qu'il avait asservie présentait au public une version déformée et tendancieuse des faits...S'opposer à la vérité officielle, c'était aller au devant des plus grands risques,... le régime punissait cruellement les indiscrets.
§ Le régime des Mollahs avait l'ambition de bouleverser les assises morales et intellectuelles ... du monde civilisé... et évincer définitivement le christianisme
§ rien n'échappait à leur atteinte ; le droit, la science, l'éducation, la famille et les institutions politiques
§ Personne n'ignorait les idées des Mollahs, leur doctrine. Ils les avaient exposés dans leurs discours, que tout le monde avait entendus.
§ L'antisémitisme d'Ahmadinedjad n'est pas ...accessoire...c'est une pièce essentielle, une clef de voûte.
§  Rarement s'est rencontré pareil aveuglement politique ! autant d'illusions, autant d'erreurs psychologiques ! L'Iran n'avait pas camouflé ses idées, ni laissé de doutes sur ses façons d'agir, ses méthodes , sa mentalité.(p 88) Les diplomates étrangers à Téhéran ne cachaient pas leurs appréhensions.

§ On connaît la haine d'Ahmadinedjad pour les juifs ; elle s'étale dans ses discours,... sur ce chapitre il ne variera jamais.

=========================================
2/4     L'Iran s'arme massivement et affiche ouvertement ses intentions belliqueuses

§ Le régime était tout entier orienté vers la guerre ... j'en fus persuadé de bonne heure (i.e. vers 2003). L'intensité croissante de son effort nucléaire et militaire était révélatrice... On s'habituait à mes prédictions pessimistes. On s'en lassait... Le plus grave était qu'on ne se préparait pas. Nos gouvernements n'eurent pas cette audace du fait de leur désir d'éviter une nouvelle guerre, de leur pacifisme profond, de leur attachement sincère à l'O.N.U.
§ Le but extérieur de l'Iran est de secouer le joug des résolutions de l'O.N.U. et des traités internationauxde doter l'Iran d'une Armée proportionnée à son rang , ... elle revendique qu'on lui attribue les mêmes droits qu'aux Etats.
§ Il va de soi que l'Armée tient une place considérable dans ses préoccupations.
§ A l'extérieur l'Iran se montre à l'origine prudent et circonspect, ... sa fin dernière c'est l'affranchissement du Traité de non prolifération nucléaire, la restitution à l'Iran de son rang de grande puissance.
§ En matière de surarmement de l'Iran celle-ci entendait viser l'égalité d'abord puis la sécurité... et se posait la question du nucléaire au delà du nucléaire civil.

§ L'égalité par le nucléaire civil ne présentait aucun attrait pour Aman-Dinedjad.

§ Dès son accession à la Chancellerie, Ahmadinedjad accentua les travaux de recherches et les tests et son problème avait été de faire légaliser ce programme nucléaire ... Il ne s'agissait plus de solliciter l'agrément de la communauté internationale mais de leur faire connaître le programme nucléaire dont il entendait  doter son pays
§ L'Iran décrétait que la détention de têtes nucléaires par ses voisins menaçait sa sécurité et exigeait le surarmement de l'Iran
§ Ahmadinedjad déclare dans ses discours qu'il n'y a rien de pire que de faire les choses à moitié et condamne la demi-mesure. L'Iran n'est plus à la merci de ses voisins...est devenue assez forte pour pouvoir s'émanciper des contraintes qui la gênent ... viole les inspections de l'A.I.E.A. en rétablissant son programme d'enrichissement nucléaire.

========================================
3/4    L'Iran ne cherche qu'à gagner du temps en affichant des intentions de paix. Plus ses ennemis cèdent plus il devient agressif.

§ La communauté internationale ne comprend pas la peur que l'Iran avait à l'époque de l'isolement, sa crainte d'une guerre préventive.... même si la communauté internationale en avaient pleinement conscience, la nature démocratique de leurs régimes, le pacifisme dont ils étaient imbus, la répugnance que leur inspirait l'idée de la guerre ne les disposait pas à user de la menace que les Mollahs redoutaient par dessus tout. ... Leur passivité s'accroissait ... quand Ahmadinedjad se déclarait systématiquement attaché à la paix, réitérait sa protestation pacifique,... prononçait très souvent le mot « paix »...
§ il défend un effort de pacification ... il n'a jamais envisagé de recourir à la guerre, même pas pour modifier le statut des frontières. Ahmadinedjad se livrera à une critique acérée de l'O.N.U. et pousse à des conversations directes entre les Puissances
§ Ahmadinedjad avait déclaré : l'Iran ne veut pas la guerre...nous respectons le droit des autres nationalités ... un traité de paix avec nous doit fermer les plaies encore ouvertes ... que les autres nous suivent dans cette voie. ...
Ahmadinedjad déclare qu'il ne veut attaquer aucun pays
de l'occident.
§ Rien n'exaspérait autant Ahmadinedjad que de se retrouver en face d'un front commun des grandes puissances...
§ L'Iran faisait tout pour gagner du temps afin d'installer son régime ... en apparaissant sous les traits d'un pacifiste convaincu...
§ L'Iran acceptait un contrôle international et était prête à signer avec ses voisins des pactes de non agression valables pour 10 ans. Elle exigeait comme condition préalable à toute négociation pour tous les pays l'interdiction de la guerre chimique, nucléaire et bactériologique, du bombardement des lieux habités et la suppression totale de l'aviation de bombardement et des missiles à longue portée.
§ Ahmadinedjad se déclarait prêt à souscrire à tout organisme de contrôle accepté par les autres Puissances ... à condition de pouvoir s'équiper du matériel désiré et de poursuivre son programme d'enrichissement d'uranium et son programme nucléaire... Il n'avait pas renoncé à ses prétentions.
§ La bonne foi d'Ahmadinedjad  était évidemment plus que douteuse,... je ne croyais pas qu'il observerait les limitations,...je savais qu'il tricherait et ...qu'une convention le gênerait ...
§ En termes conciliants d'Ahmadinedjad  se montre désireux de participer à l'organisation de la sécurité générale du monde... La France mord aux appâts qui lui sont tendus et salue la lueur qu'Ahmadinedjad  vient d'allumer ... elle autorise en 2007 par un accord à deux la poursuite du programme d'enrichissement d'uranium..
§ En juin 2007 d'Ahmadinedjad  paraît résigné mais ne l'est nullement et s'engage à respecter fidèlement le traité de non prolifération nucléaire... Je ne me fie pas à ces apaisantes déclarations car trop de signes m'avertissent de son état d'esprit alarmant.
§ Ahmadinedjad  frappe son adversaire en plein visage et dans le même instant lui propose la paix... Il est ainsi  prêt à ouvrir des négociations pour créer une zone dénucléarisée
§ Ahmadinedjad  est un joueur, à chaque capitulation de l'adversaire il remet au jeu en doublant la mise. ... quand il s'aperçoit que l'Amérique ne mobilise pas et qu'elle joue l'O.N.U. Ahmadinedjad  respire. ...
§ Ahmadinedjad  avait comparé dans un discours public les peuples démocratiques aux veaux les plus stupides...
§ dans la coulisse il se prépare à la guerre et cherche à endormir la vigilance des gouvernements.
§ Une fois la multiplication des centrifugeuses achevée sans coup férir, Ahmadinedjad se reproche d'avoir manqué d'audace ... c'est un homme qui n'est jamais rassasié et qui n'a pas le sens de la mesure.

========================================
4/4  L'Occident cherche la paix à tout prix faisant le jeu de l'Iran le conduisant en fait à la guerre
§ Les français voulaient absolument aboutir à un résultat positif ; la discrimination imposée à l'Iran ne pouvait durer et qu'il n'était dès lors pas déraisonnable d'accéder aux demandes de l'Iran.
(p163) L'Europe était résolue à sauvegarder la paix de la région, au prix de gros sacrifices, de témoignages de confiance, de ménagements, de concessions, de cantonnement de l'humeur belliqueuse et des ambitions d' Aman-Dinedjad. 
§ qu'Ahmadinedjad n'oserait jamais toucher à Israël en risquant une guerre.
§ Le vrai problème était de savoir si la communauté internationale  laisserait l'Iran libre de poursuivre son programme nucléaire à sa guise ou si elle l'en empêcherait par la force... Il n'y avait aucune chance qu'une sanction fût appliquée à l'Iran dans le cas où il poursuivrait son programme d'enrichissement d'uranium.
§ La controverse franco-iranienne dura des mois mais ne servit à rien qu'à permettre à l'Iran de gagner du temps et de développer sa technologie nucléaire.
§ J'avais averti le Quai d'Orsay qu'Ahmadinedjad  n'hésitait plus que sur le choix du moment je milite pour qu'on prenne les devants  pour l'obliger à abattre son jeu,... qu'on le menace de nous opposer par la force à ses desseins. .. Les circonstances nous condamnent à recevoir les coups sans être en mesure d'y répliquer immédiatement et à être constamment surpris par les événements que nous attendons. ... L'expérience nous avait encore laissé quelques illusions sur l'efficacité des mécanismes de l'O.N.U.
§ L'Europe aurait pu être sur la même ligne que l'Amérique mais elle a reculé, pas sûre de pouvoir compter sur son opinion publique... Le courant pacifiste était puissant,... on attendait tout de l'O.N.U. L'Europe en 2008 ne voit aucune raison de supposer qu'à ce stade la présente action de l'Iran comporte une menace d'hostilité. .les offres de négociations de l'Iran ont  retenu l'attention de Paris.
 § L'Europe est séduite par l'engagement qu'Ahmadinedjad  est prêt à prendre de respecter le statu quo nucléaire afin de sauvegarder la paix. ...

L'Europe est persuadée d'aller vers la paix !


SCENARIO 2010
=============================
§ En 2010, Ahmadinedjad envoie un missile Chahab 3 sur Israël  ( 'hass vechalom )... §  en avril 2010, se déroule la Conférence du Caire ... Quand on a une fois cédé sur le principe, une faiblesse en entraîne une autre et on ne sait plus comment s'arrêter de céder. Le Caire en est la suite logique ...  fruit d'un sentiment honorable d'apparence des peuples démocratiques de répugner à s'engager dans une guerre générale. ..
§ L'Europe propose au président Ahmadinedjad de se rendre à Bruxelles pour « essayer de trouver une solution pacifique » (guillemets dans les guillemets !) et malgré son titre et son âge il a pris la peine d'aller frapper à la porte du chef de bande en Iran « la paix vaut bien une messe » (guillemets dans les guillemets !) ... Ahmadinedjad n'y a vu qu'un aveu de faiblesse...
§ Israël (D. préserve) se sacrifie pour le salut de l'Europe
§ « Le 27 mars 2007 Chirac déclare aux médias ; Quelle que soit notre sympathie pour une petite nation (sic)en prise avec un grand et puissant voisin (sic) nous ne saurions engager une guerre pour cette seule petite nation »
§ Un pays allié de toujours subit un important amoindrissement matériel et une humiliation atroce se voyant privé de villes et de contrées précieuses et a été sacrifié à la paix ..( hass vechalom )
§ L'Europe déclare : « la paix est sauvée c'est le principal, tout le monde sera content » (sic)
§ L'attitude d' Ahmadinedjad équivaut à une agression,...la guerre serait sur le pont d'éclater. La France ne veut pas agir seule mais avec l'O.N.U. ...
§ si l'Europe avait envoyé des troupes auprès des pays sunnites voisins, le régime des Mollahs se serait abstenu de tout tir de missiles.

Publié dans RELIGION ET HISTOIRE

Commenter cet article